Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

295 résultats pour “patient idéal

Soins palliatifs en phase terminale : saper la base de la pyramide de Maslow

Publié le par Bernard Pradines

Soins palliatifs en phase terminale : saper la base de la pyramide de Maslow

Le psychologue Abraham Maslow a établi une théorie des besoins des humains. A la base se situent les besoins physiologiques dont la faim et la soif, au sommet sont les besoins d’accomplissement de soi. Cette « pyramide » [1] porte le nom de son inventeur. Elle est fort utile et connue de tous les soignants en gériatrie.

Toutefois, elle mérite d’être interrogée ou même contestée lorsque s’approche la fin de la vie. La faim et la soif sont presque toujours absentes en phase terminale. Autant dire que les besoins changent radicalement dans ces domaines. Les nouveaux besoins sont d’hydrater la bouche, de proposer une « alimentation-confort », enfin de respecter le refus du patient s’il ne veut plus boire et manger [2]. Ainsi, l’acharnement thérapeutique le plus habituel dans ces moments est-il encore celui de l’alimentation contrainte avec ses conséquences inutiles et inconfortables.

Sachons saper la pyramide de Maslow.

 

[1] Maslow's Hierarchy of Needs

[2] « Il va mourir de faim, il va mourir de soif » : Que répondre ?

Partager cet article
Repost0

Etablissement responsable ou pas ?

Publié le par Papi

Etablissement responsable ou pas ?

Un bref rappel de la loi

D’après l’article1384 alinéa 1 du code civil, on est responsable des dommages que l’on cause par son propre fait et des dommages des personnes ou des choses dont on a la garde. Il s’agit ici d’une responsabilité délictuelle.

L'article 1147 du code civil prévoit le paiement de dommages et intérêts lorsque, dans le cas d’un contrat entre deux personnes, l’une n’a pas correctement exécuté ses obligations, à moins qu’elle ne puisse se prévaloir d’une cause étrangère. Il s’agit ici d’une responsabilité contractuelle.

Cas n° 1

Un malade atteint d’Alzheimer résidant en maison de retraite se lève en pleine nuit et frappe un autre résident qui décède des suites des coups.

La maison de retraite est-elle responsable ?

L’interprétation des juges (Cass.cIv. 1re du 15.12.2011, n° 10-25740)

La cour de cassation a rejeté l’argumentation des premiers juges, fondée sur l’article 1384 qui ne s’applique qu’en l’absence de contrat. Or l’agresseur était lié à la maison de retraite par un contrat. Donc seul l’article 1147 du code civil devait être pris en considération. Or, la cour de cassation a estimé que la maison de retraite n’avait commis aucune faute : l’agresseur n’avait jamais eu auparavant un comportement laissant supposer qu’il pouvait être dangereux.

Cas N° 2

Un patient saute par la fenêtre d’un établissement de soins. Son comportement antérieur aurait dû entraîner une surveillance particulière qui n’avait pas été mise en place. La responsabilité de l’établissement a été retenue.

On peut lire aussi sur le même thème :

http://www.directions.fr/Gerer/fonctionnement-structure/Letablissement-nest-pas-necessairement-responsable-/

Partager cet article
Repost0