Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

295 résultats pour “patient idéal

Le sanglot de l’homme en blanc

Publié le par Bernard Pradines

Après le procès injuste fait aux sentiments humanitaires envers le tiers-monde par l’auteur de l’ouvrage intitulé « le sanglot de l’homme blanc » (1), n’assisterions-nous pas à l’émergence d’un vrai « sanglot de l’homme en blanc » ?

Récemment, une tendance se fait jour : celle de l’amende honorable, voire de la confession publique des médecins. A juste titre, ils s’accusent d’une longue période de paternalisme où ils étaient censés savoir ce qui était bon pour le malade qu’ils soignaient. Une prise de conscience qui fait implicitement l’éloge de l’empathie et surtout de l’écoute bienveillante du patient. J’ai évoqué précédemment le piège de l’empathie utilisée isolément. C’est ainsi que l’annonce du diagnostic de la maladie d’Alzheimer risque de se transformer en « violence » s’il est asséné sans précautions. Une évolution donc, marquée par la généralisation de l’attitude au cas par cas, moins marquée par des principes ubiquitaires qui s’appliqueraient dans toutes les situations.

Source : Pascal Bruckner. Le sanglot de l’homme blanc. Edition du Seuil, coll. « Histoire immédiate ». Paris, 1983.

 

Partager cet article
Repost0

Première proposition issue du congrès du 26 mars 2015 à Toulouse

Publié le par Bernard Pradines

Thème du congrès : « éthique et gériatrie »

La prévention en gérontologie est trop peu développée en France. Toutefois, le risque présenté par une prévention trop normative serait de stigmatiser les patients âgés qui ne s’y conforment pas. Ainsi, par ces temps de vaches maigres, pourrait-on distinguer le bon et le mauvais malade. Le premier aura suivi les règles de bonnes pratiques en matière d’hygiène de vie. Le second sera celui qui « a tout fait pour être malade » et pour coûter cher à la collectivité : tabac, alcool, drogues, comportement alimentaire inapproprié, sédentarité, attitude sexuelle irresponsable. 

A-t-on mesuré les conséquences d’une telle idéologie en termes de relation soignants-soigné voire, si la situation économique s’aggrave encore, de moindre prise en charge financière ? 

Publié dans éthique

Partager cet article
Repost0