Non, résolument non !

Publié le par Bernard Pradines

Image issue du site : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Ethique/Euthanasie-quand-pro-anti-rencontrent-2018-05-23-1200941151

Image issue du site : https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Ethique/Euthanasie-quand-pro-anti-rencontrent-2018-05-23-1200941151

Ancien gériatre, j’émets les plus vives réserves quant à une évolution rétrograde de la loi de 2016 concernant les soins lors de la fin de la vie. Pour moi l’aide active à mourir, qui prévoit des mesures radicales telles que l’euthanasie et le suicide médicalement assisté, ne peut être intégrée à une stratégie palliative.

Reste à pouvoir appliquer à bon escient les dispositions de la loi citée ci-dessus dont une sédation profonde dans les cas précis qui le requièrent.  La pratique m’a montré la tendance diffuse de notre société à trouver embarrassante la persistance d’états de dépendance censés coûter cher dans sa course effrénée à la rentabilité et au profit. Si les uns y recourent, pourquoi pas les autres qui n’ont pas encore compris qu’ils sont onéreux et que leur image fait souffrir la société et leur famille ?

L’Histoire et l’émergence des Droits de l’Homme nous ont enseigné le rejet des pratiques expéditives et nous ont conduits à aller plus loin : vers le respect de la vie des citoyens âgés vulnérables. Je souhaite que ces personnes, de plus en plus nombreuses, terminent leur vie dans la dignité, c’est-à-dire respectées, correctement accompagnées et soignées jusqu’au bout.

C’est pourquoi je partage les objectifs de la SFAP* et ses objections quant au récent projet de loi visant à procurer une « aide active à mourir ».

*SFAP

Pour en savoir davantage :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

guillet p l 08/06/2021 11:02

tout a fait d accord avec la position de la sfp et la tienne avant d effectuer une revision de la loi de 2016 il serait souhaitable de l appliquer correctement ce qui est tres loin d etre fait par manque de connaissance des parties concernees.
quelle est la realite ? QUE NOS POLITIQUES SE RENSEIGNENT !!

R. 08/06/2021 09:56

Quand on découvre ce qu'une crise politique et économique peut faire de nos libertés, alors une "loi tolérant l'euthanasie" ... au secours !!!

R. 08/06/2021 11:11

Oui on traverse une période extrêmement difficile ou les émotions, et de sordides calculs (de nombre de voix) se profilent. Il n'en avait pas fallu plus pour entrer en guerre. Déjà Micron s'est cru en "guerre" !!! Il est un marsien, qui peut se manifester autoritaire (autorité mal comprise ...). Voir de relation au père ☹️????

Bernard PRADINES 08/06/2021 10:03

Oui, ce sont souvent des attitudes morales qui crispent les positions sur ces sujets sensibles. Et non une analyse rationnelle de la situation actuelle. Je crains qu'il en soit de même pour beaucoup de sujets pour lesquels idéologies, vécus personnels et attitudes univoques feront la loi.