Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

covid-19

Vaccinez-moi, revaccinez-moi, oui plus vite…

Publié le par Bernard Pradines

Juliette Gréco. Image empruntée à l'article : https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/juliette-gr%C3%A9co-un-an-apr%C3%A8s-sa-mort-ses-affaires-vendus-aux-ench%C3%A8res/ar-AAQKTLa
Juliette Gréco. Image empruntée à l'article : https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/juliette-gr%C3%A9co-un-an-apr%C3%A8s-sa-mort-ses-affaires-vendus-aux-ench%C3%A8res/ar-AAQKTLa

Juliette Gréco. Image empruntée à l'article : https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/juliette-gr%C3%A9co-un-an-apr%C3%A8s-sa-mort-ses-affaires-vendus-aux-ench%C3%A8res/ar-AAQKTLa

A l’adresse des directrices et directeurs d’EHPAD. Je ne sais pas s’il faut comparer la situation actuelle à celle de 1940 comme je l’ai entendu sur les ondes.  C’est peut-être un peu exagéré à moins d’envisager une collaboration avec le coronavirus, ce dont je doute. Comme je parle excellemment l’anglais, je sais seulement que nous sommes dans un des pays les plus vaccins-bashing du monde. J’ai tellement honte que je ne vous dirai pas les taux habituels de vaccination antigrippale en EHPAD dans l’entourage familial et professionnel des résident(e)s.  Il parait que nous sommes tous un peu EHPAD-bashing aussi. Ajoutons-y un zeste de Courteline pour ne pas rompre brutalement avec des siècles de paperasse, nonobstant la sauvegarde de la forêt. Je vous vois : s’y ajoute un peu -beaucoup- d’ordinateur entre visioconférences multiples et tentatives désespérées de lire toutes les « recos » et autres parapluies des ARS[1] et autre DGS[2]. Ne vous polarisez pas sur l’insuffisance ubuesque des personnels, situation à laquelle notre société a eu tout le temps de penser auparavant avant de tomber sur le mur de la réalité d’une crise sanitaire sans précédent pour les établissements d’hébergement et de soins. Oubliez un peu la longue file des familles devant la porte et celles qui sont et seront toujours mécontentes, quoique vous fassiez. Laissez même à demain ce qu’il faudra radicalement changer à la lumière de l’expérience actuelle. Vous n’en avez plus le temps et je crains trop que vous n’en disposiez pas pour finir cette page.

Non, l’essentiel est ailleurs : « ce qui est important est toujours simple » disait à juste titre un président de la république qui n’était pas à mon goût. La sauvegarde de la santé des personnes âgées vulnérables passe en urgence par la vaccination disponible. Tarder sera coupable devant l’Histoire. Les « vaccinophobes » d’aujourd’hui, parfois adeptes des poudres de perlimpinpin et croyants indécrottables de la puissance de l’esprit sur le corps, pourraient bien être les premiers à nous reprocher notre manque d’enthousiasme.

Si vous en avez encore le temps, denrée rare, vous pouvez lire le travail de la SPILF[3]. Sinon, faites confiance aux médecins et scientifiques, largement majoritaires, qui voient dans la vaccination la principale porte de sortie de l’enfer actuel.


[1] ARS : Agences Régionale de Santé

[2] DGS : Direction Générale de la Santé

Publié dans Covid-19, thérapeutiques

Partager cet article
Repost0

L’arrivée de la covid-19 n’est pas un épisode mais le début d’une nouvelle ère

Publié le par Louis Lacaze

L’arrivée de la covid-19 n’est pas un épisode mais le début d’une nouvelle ère

Les pandémies du passé ont laissé des traces profondes dans les populations comme en témoignent les récits, les illustrations que nous ont laissées leurs contemporains. Cette leçon de l’histoire a parfois tendance à être oubliée mais la covid-19 ne fera pas exception à la règle. Les traces laissées par le côtoiement de la mort, les décès dans les familles, les difficultés économiques, le confinement imposé, les traumatismes subis par les résidents des EHPAD isolés dans leurs chambres demanderont beaucoup de temps pour qu’on puisse retrouver un semblant de normalité.

Le malaise actuel de la population peut provenir de sources diverses. L’apparition des vaccins a pu laisser croire que la pandémie était terminée, d’où une vive déception. Les « spécialistes » ont été décrédibilisés par un afflux d’informations qui n’ont pas résisté aux avancées de la science : le virus pouvait être transmis à partir de surfaces solides, puis ce furent des gouttelettes ou une aérosolisation dans l’air. Tel médicament fut porté aux nues un jour pour être désacralisé la semaine suivante. L’immunité pressentie comme persistante ad vitam aeternam ne sera obtenue qu’avec des injections de rappel.

Ce malaise peut avoir aussi pour explication le besoin de se plonger dans une « illusion intentionnelle » en refusant de reconnaitre la validité du vaccin. Ce refus de reconnaitre un fait reconnu scientifiquement n’est pas nouveau. Lorsque Jenner a commencé à vacciner contre la variole en 1798, il a dû affronter une puissante campagne de désinformation, illustrée de dessins humoristiques représentant des personnes vaccinées portant des cornes et des sabots de bovins rappelant l’origine du vaccin.

Le prix à payer pour ces réticences est lourd. Il n’est plus question de rechercher une immunité de groupe éradiquant le coupable. Le virus est là pour longtemps. Il peut se comparer à un cancer qui peut entrer en rémission, être toujours là, mais moins dangereux. La version alpha du virus a été suivie de beta, de delta, de mu jusqu’à omicron récemment. Il va continuer à muter, s’affaiblir ou devenir plus virulent. Toute prédiction précise est impossible.

Sources :

Publié dans Covid-19

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>