Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ethique

L’âgisme en période de pandémie

Publié le par Louis Lacaze et Bernard Pradines

« Abandonner un enfant est passible d’une peine de prison. Abandonner une personne âgée n’entraine pas de sanction. »

Telle est la terrible sentence d’une gériatre américaine, Louise Aronson.

A ses dires, la pandémie aura rendu évident un pan entier de discriminations : celui de l’âgisme qui particularise le patient âgé par insuffisance d’offre de soins.

Louise Aronson nous fournit aussi une piste : l’âgisme trouverait une de ses sources dans le nombre et la puissance des personnes âgées qui dirigent l’économie et la politique. Ces dominants masculins détesteraient la vieillesse en ce qu’elle représente leur propre déclin proche.

Commentaires de Bernard Pradines :

Dans un temps paradoxal où les mesures sanitaires contraignent la jeunesse  pour préserver des millions des personnes vulnérables essentiellement âgées, le risque de l’opposition des générations va croissant. Aussi, la dénonciation de l’âgisme, élément constant et structurel dans nos sociétés, doit-elle être effectuée avec beaucoup de minutie et de précision afin de ne pas opposer caricaturalement les jeunes, les adultes et les vieux. Même si le premier gériatre venu comprend vite que son rôle ne peut pas se cantonner aux soins et se doit de témoigner de la condition de nos aînés, une position schématique peut être contreproductive.

Source

https://1.bp.blogspot.com/-omlrrVkXmiI/XyBa1_kW8hI/AAAAAAAAAOo/6UmLxJ3L84sQg3AMthotkA3hkZhlv058QCLcBGAsYHQ/s320/Louise_Aronson_ForPost.jpgLouise Aronson Geripal, podcast animé par le Dr A. Smith et le Dr E. Widera Ageism in the Time of COVID: Podcast with Louise Aronson

Louise has been one of the (sadly) few voices beating a loud and urgent drum in the medical and lay press about the insidious ageism taking place in the time of COVID.  In a prior podcast we discussed the ways in which structural racism contributed to vast disparities in COVID, and similarly in this podcast we talk about the ways in which COVID exposes existing ageist assumptions, attitudes, and systematic forms of discrimination.  

 

Publié dans Covid-19, éthique, politique

Partager cet article
Repost0

Sommes-nous fâchés avec l’écrit ?

Publié le par Bernard Pradines

Image issue du site : https://www.directivesanticipees.org/comment-rediger-ses-directives-anticipees/

Image issue du site : https://www.directivesanticipees.org/comment-rediger-ses-directives-anticipees/

Selon l’étude réalisée par l’Ifop pour Alliance Vita et publiée en octobre 2017 sur « Les Français et les directives anticipées »[1], on observe la très faible notoriété et le caractère très sensible de cette pratique qui consiste à exprimer par écrit et à l’avance ses volontés sur les traitements médicaux dont on souhaite ou non bénéficier après un grave accident ou à l’occasion d’une maladie grave qui ne nous permettrait plus d’exprimer notre volonté en la matière. Ainsi, une majorité écrasante de Français (86%) déclare ne pas avoir rédigé des « directives anticipées ». On peut par ailleurs penser que parmi les 14% déclarant l’avoir fait, coexistent des personnes ayant effectivement rédigé un tel texte et d’autres l’ayant sérieusement envisagé sans être pour autant passé à l’acte. Toujours est-il que cette pratique s’avère être très marginale à ce jour en France.

Par ailleurs, seulement 12 % des Français ont déclaré avoir déjà écrit leur testament en 2018[2]. Les femmes étaient plus nombreuses dans ce cas que les hommes : 14 % contre 11 %. Mais cette bouderie n’interdit pas les mécanismes implicites de transmission des biens à défaut d’écrit testamentaire. Ce qui ne trouve pas son équivalent dans le témoignage des proches lors de l’incapacité de formuler une appréciation sur l’accompagnement médical lors de la fin de la vie.

Vouloir promouvoir à tout prix -ou pire imposer- les directives anticipées, pour éviter des débats éthiques indispensables, demande pour le moins un détour obligatoire pour comprendre la désaffection dont ce « cadeau législatif » est l’objet.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>