Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

suicide assiste

Déserts médicaux : les personnes âgées parmi les premières victimes

Publié le par Bernard Pradines

Source de l'image : https://comptamed.com/2019/05/22/lutter-contre-les-deserts-medicaux-il-existe-des-aides-contre-linsuffisance-de-loffre/

Source de l'image : https://comptamed.com/2019/05/22/lutter-contre-les-deserts-medicaux-il-existe-des-aides-contre-linsuffisance-de-loffre/

Les temps changent. Il y a, pourquoi ne pas s’en réjouir, de plus en plus de personnes âgées. Si vous écoutez le clairon répétitif de l’optimisme, la vieillesse n’est pas une maladie. D’autres, plus perspicaces, nous rappellent que la vieillesse s’accompagne bien davantage de maladies chroniques que toute autre période de la vie. Proportionnellement au nombre des personnes concernées, les difficultés de mobilité et les troubles cognitifs y sont bien plus fréquents qu’à tout autre âge. Les consultations demandent souvent une durée plus longue car plus complexes et concernant des personnes plus lentes physiquement et intellectuellement.

Si les visites à domicile disparaissent, nul doute que bien des patients ne consultent pas à temps. Quand ils doivent s’y résoudre, en l’absence de « permanence des soins »[1], c’est vers des urgences hospitalières qui ne sont pas prévues à cet effet car calibrées pour les pathologies graves et aigues. Sans parler du déplacement en ambulance qui peut être au moins désagréable, au plus traumatisant malgré les attentions bienveillantes des ambulanciers. Sans compter le coût indu. Ce phénomène peut être accru pour des résidents d’EHPAD ne possédant plus de médecin traitant devenu introuvable[2]. Que dire des soins palliatifs qui nécessitent une surveillance attentive de proximité, parfois heureusement maintenue par des paramédicaux déterminés, y compris la nuit et le week-end ? Si tel n’est pas le cas, faudra-t-il s’étonner de la pression en faveur de l’euthanasie et du suicide assisté, techniques programmables et expéditives ?

Face à une situation qui s’aggrave du fait de la perspective de retraite des générations âgées de médecins, il devient urgent de réagir en envisageant toutes les voies possibles pour limiter un désastre annoncé. Ainsi, le regroupement de soignants, par exemple en centres de santé pourvus d’antennes plus ou moins distantes, la participation accrue de paramédicaux aux activités médicales, l’allégement des tâches indues de secrétariat et de gestion qui incombent aux médecins[3], sont-elles des pistes de réflexion urgente à envisager. Il est temps de s’impliquer dans un engagement citoyen interpellant les élus et la puissance publique. Ceci pour ne pas en arriver à la coercition sur les médecins en obligeant certains d’entre eux à s’installer contre leur volonté car il n’y aura plus d’autre solution. Une régulation[4] qui ne réparerait même pas à elle seule des politiques imprévoyantes menées depuis des décades.

 

[1] Permanence des soins : terme technique qualifiant la garde médicale  ininterrompue

[2] Souvent aussi sans médecin coordonnateur

[3] La paperasse dont ils se plaignent

[4] Certains parlent de contrainte

Article paru dans AgeVillagePro le 13 avril 2022 :

Partager cet article
Repost0

"On meurt mal en France", le cri d'un médecin belge

Publié le par Louis Lacaze

"On meurt mal en France", le cri d'un médecin belge

​​​​​​Les implications de la loi Claeys-Leonetti ne répondent pas totalement aux demandes des partisans de l’euthanasie ou du suicide assisté. Les argumentations des deux bords étant largement diffusées, elles ne seront pas reprises dans ces quelques lignes. Le sujet sera abordé sous un autre angle, avec une comparaison de la législation actuelle de la fin de vie avec celle de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). En somme, les deux extrêmes d’une existence sont en jeu.

Devant l’horreur des faiseuses d’ange et les convois connus de tous de femmes désirant avorter vers les pays voisins, Madame Simone Veil a réussi à faire adopter une loi autorisant l’avortement en 1975. Actuellement, les patients français désireux de mettre un terme à leur existence et pouvant eux-aussi se le permettre sur le plan financier se tournent vers les mêmes pays : la Belgique ou la Suisse.

L’article 3 de la loi Claeys-Leonetti précise qu’une sédation profonde et continue est autorisée lorsque le pronostic vital du patient est engagé à court terme. Ce flou dans la définition du moment de la vie où son application est légale rappelle celui des dates limites où l’interruption de grossesse est autorisée, variant de six semaines de grossesse au Texas actuellement, à 24 semaines au Royaume-Uni, étant de 12 semaines en France.

Les restrictions de la loi Claeys-Leonetti excluent des personnes en état de grande souffrance physique ou mentale dont le pronostic vital n’est pas engagé à court terme. La pression publique, de plus en plus forte, conduira le législateur à travailler sur le sujet. Tout comme pour l’IVG tout médecin qui refuserait de s’éloigner de la loi Claeys-Leonetti devrait en avoir la possibilité à condition de réorienter le patient vers un confrère.

 Une nouvelle législation soulagerait grandement un médecin en particulier, le Dr Yves de Locht, médecin généraliste à Bruxelles, qui procède à l’euthanasie depuis 2008 : « Les patients qui me marquent le plus sont ceux atteints de graves maladies, comme celle de Charcot, ou les cancers et qui arrivent à Bruxelles dans des états épouvantables. On se demande parfois comment les médecins de France peuvent les laisser dans un état pareil ».

Commentaires de Bernard Pradines : je ne partage pas les points de vue exposés dans cet article dans leur argumentation et dans leurs déductions. Mais nous sommes ici sur GérontoLiberté, n’est-ce-pas ?

A lire

Nombreux textes publiés sur GérontoLiberté :

https://free-geriatrics.overblog.com/2019/11/aide-a-la-fin-de-vie-1.html

  • Pour connaitre le Dr Locht

Euthanasie : "Il faut trouver une solution en France

https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/euthanasie-il-faut-trouver-une-solution-en-france-affirme-un-medecin-belge-qui-voit-arriver-des-francais-au-bout-du-bout_4363997.html

On meurt mal en France", le cri d'un médecin belge

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/on-meurt-mal-en-france-le-cri-d-un-medecin-belge_2034475.html

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>