Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les robots ne remplaceront jamais totalement les médecins

Publié le par Louis Lacaze et Bernard Pradines

Les robots ne remplaceront jamais totalement les médecins

Première mondiale : le robot Xiaoyi a passé avec succès l'épreuve écrite du concours national de médecine en Chine. Il n'a eu besoin que d'une heure pour passer l'examen normalement prévu sur dix heures. Ce robot pourrait être déployé dans toute la Chine dès mars 2018.

 

 

Les robots savent lire les électrocardiogrammes. Ils savent interpréter un cliché pulmonaire. Leurs algorithmes vont décider quel traitement doit être proposé. Le médecin est désormais en droit de se demander ce qu’il peut faire qu’un robot ne peut pas faire.

 

Une des premières réponses qui vient à l’esprit c’est de réconforter un être humain, un alter ego. En règle générale les patients n’acceptent pas de recevoir le réconfort d’une machine ni qu’elle lui récite les risques et les chances de succès d’un traitement. Ils désirent un contact avec un autre être humain qui leur apporte une présence, une écoute, un contact authentique. Le patient peut venir pour être rassuré, apprécier l’attention qu’on lui accorde et repartir soulagé.

 

L‘ordinateur, même doté d’un haut niveau d’intelligence artificielle, ne présentera jamais un visage, un sourire, une complicité, la chaleur d’un contact avec un autre être humain alors que les patients désirent se sentir écoutés, compris, respectés.

 

Sources :

Partager cet article
Repost0

Attention fauteuil !

Publié le par Christiane Réal

Le choix des fauteuils doit être adapté aux besoins des personnes âgées dépendantes. L’entreprise commercialisant les fauteuils n’a pas obligatoirement effectué des tests avant la mise en vente. Une grosse commande groupée et inadaptée peut alors s’avérer catastrophique. Le risque de chute s’accroît. Exemple : si l’accoudoir est trop bas situé, une chute sur le côté devient possible, voire probable.

Les circonstances en sont bien connues ; la somnolence est liée à l’apathie, à la consommation de médicaments psychotropes ou encore tout simplement à l’asthénie dans un contexte fréquent de fatigue chronique. Il vaudrait mieux parler d’épuisement tant la station prolongée au fauteuil peut être accablante pour les plus vulnérables. Une autre raison habituelle en est tout simplement une hypotension orthostatique méconnue chez des patients qui ne sont plus soumis à leurs conditions de vie et à l’alimentation qui leur étaient coutumières ; pourtant, le traitement antihypertenseur n’a pas été forcément diminué pour autant. Dramatique quand on sait que le personnel ne peut pas surveiller en permanence les assoupissements dans les fauteuils.

Confronté à une fracture de l’extrémité  supérieure du fémur ou à toute autre lésion dans  de telles circonstances, il ne vous restera plus qu’à cacher ou à déformer la vraie cause auprès des familles.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 > >>