Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

medecin

Blouse blanche ou tenue de ville. Qu’en pensent les patients américains ?

Publié le par Louis Lacaze

Blouse blanche ou tenue de ville. Qu’en pensent les patients américains ?

Toute ressemblance avec la situation en France ne pourrait être que fortuite, à moins que….

Une enquête publiée par le très sérieux JAMA révèle qu’aux Etats-Unis la patientèle se montre sensible à la tenue des médecins. Blouse blanche ou tenue de ville ? Sexe masculin ou féminin ? Les réponses des 487 participants réservent leur lot de surprises.

La tradition de la blouse blanche remonte au XIXème siècle où avec l’arrivée de l’asepsie dans les salles d’opération le porteur de blouse signalait qu’il maitrisait les techniques les plus modernes. L’usage par la suite a perduré comme marque de hiérarchie parmi les soignants.

Le médecin en blouse blanche apparait comme plus professionnel, plus expérimenté et plus agréable que ses confrères en tenue qu’on pourrait qualifier de plus décontractée. Le problème du sexisme a été abordé : avant de voir des médecins, devant des photos de femmes qu’on leur présentait, les participants ont vu des auxiliaires médicaux, des infirmières.

Cette appréciation discriminante à l’égard des femmes se retrouve sur le plan de leur tenue vestimentaire : une étude indique que 73% des sondés désapprouvent la tenue de celles qui ne portent pas de blouse blanche alors que la proportion tombe à 24% pour les hommes. Elle est particulièrement préoccupante dans la mesure où un jugement fondé sur un stéréotype et non sur le mérite peut pénaliser la personne professionnelle considérée, le patient et la relation de soins qui les unit. Pour les auteurs, cette dérive, évidente en chirurgie aux États-Unis, doit être combattue par l’ensemble du corps médical et pas seulement par les intéressées. L’adoption d’une nouvelle tenue vestimentaire pourrait être l’occasion de mettre fin aux erreurs d’identification. Favoriser une présence accrue du corps féminin devant les médias, ainsi qu’aux postes de responsabilité les plus élevés ne peut que faciliter la lutte contre les erreurs de représentation et les injustices qui en découlent aux États-Unis. Pour enfoncer le clou : aux États-Unis un relevé des revenus d’une femme médecin sur  l’ensemble de sa carrière montre que lorsqu’on les compare à ceux d’un confrère ils sont inférieurs d’au moins 25%, soit 1 800 000 €.

Commentaires de Bernard Pradines. L’appréciation de la profession d’après le genre est également présente en France, bien que la féminisation de la profession médicale soit en progression sensible. « Rappeler que la profession se féminise relève de l’évidence. Selon le rapport 2021 de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), au 1er janvier 2021, les femmes médecins généralistes sont au nombre de 49685; elles représentent donc 49,38 % de la profession. Une féminisation continue ces dernières années. À titre de comparaison, elles étaient 42,45 % en 2014. Et, en 1990, on comptait 30 % de femmes parmi l’ensemble des médecins. »[1]. Ma fille étant praticien hospitalier (au féminin !), elle m’a rapporté, comme bien d’autres consœurs, la confusion du public avec le monde paramédical. Ceci dit, comme il n’y a pas de honte à être une infirmière ou une aide-soignante ou un agent hospitalier féminin, il est difficile et indélicat de clamer une distinction du genre « je ne suis pas qu’une infirmière ». Enfin, aucune enquête, à ma connaissance, n’a été menée en France sur ce thème précis de l’habit des médecins ; tout au plus connaissons-nous, surtout en psychiatrie et en gériatrie, une remise en cause de l’habit médical traditionnel pour des raisons de relation humaine qui se voudrait non soignante. A mon avis, il s’agit d’un faux débat car la blouse peut aussi rassurer et il n’est pas obligatoire de « se cacher » derrière elle.

Source : Helen Xun, MD ; Jonlin Chen, BS ; Alexander H. Sun, MD ; et al Public Perceptions of Physician Attire and Professionalism in the US

Source de l’image : Shakaib U. Rehman, MD  Paul J. Nietert, PhD  Dennis W. Cope, MD  Anne Osborne Kilpatrick, DPA, What to wear today? Effect of doctor’s attire on the trust and confidence of patients

Azeen Ghorayshi The New-York Times Women Earn $2 Million Less Than Men in Their Careers as Doctors

Female doctors make less than their male counterparts starting from their very first days on the job, according to a large new study. Over the course of a 40-year-career, researchers estimated, this pay gap adds up to at least $2 million.

 


[1] https://www.legeneraliste.fr/actu-pro/politique-de-sante/feminisation-de-la-profession-ces-femmes-derriere-les-chiffres

Publié dans médecin, soignants

Partager cet article
Repost0

Quand les choses sont bien dites

Publié le par Bernard Pradines

GérontoLiberté vous souhaite la meilleure année 2022 possible.

Nouveau : Véronique Lefebvre des Noëttes animera une visioconférence le mardi 5 avril 2022 de 18 heures à 20 heures sous l'égide de l'Association Tarnaise de Gérontologie. S'inscrire gratuitement auprès de bpradines@aol.com

Le dernier ouvrage de Véronique Lefebvre des Noëttes 

Quand les choses sont bien dites
Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>