Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

famille

Un défi contre soi-même

Publié le par Bernard Pradines

Image issue du site : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10645363/fr/groupement-de-texte-sur-la-maxime-connais-toi-toi-meme-/-gnothi-seauton

Image issue du site : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10645363/fr/groupement-de-texte-sur-la-maxime-connais-toi-toi-meme-/-gnothi-seauton

Comprendre la situation des personnes âgées vulnérables est un défi considérable. Il s’agit d’apprécier des dimensions parfois très techniques comme celle de la tarification des établissements d’hébergement et de soins, ou encore les aides financières au maintien à domicile.

Passons sur la profondeur historique, sociologique, culturelle, politique, psychologique qui est indispensable pour s’approcher d’autrui vieillissant dans une collectivité telle que définie dans un pays à un moment donné.

Au point que l’on peut affirmer sans sourciller que personne n’est capable d’avoir une vue globale satisfaisante. Sans parler des projections souhaitables pour la définition d’un « monde d’après » enviable pour ceux qui entament la dernière période de leur vie. Savoir analyser et s’exprimer est un exercice difficile qui n’est pas donné à tout le monde.  Oublions aussi la retenue de la défense des âgés quand la jeunesse éprouve de telles difficultés face à la pandémie actuelle.

Non, je veux vous dire deux mots du plus grand obstacle : celui de notre vécu personnel avec les gens âgés, vivants ou morts, de notre famille. Une expérience qui nous réjouit, qui peut aussi nous accabler mais qui nous fait d’abord voir la généralité de la vieillesse sous un prisme affectif, personnel, intime. Au point de jouer le rôle de l’arbre qui cache la forêt. Qui échappe à la considération suivante : « par exemple me mère, mon père » ? Phrase citée au hasard, bien sûr.

Pour surmonter cet obstacle, ou au moins pour le réduire, il faut des années d’écoute attentive et bienveillante de nombreuses situations diverses. Un défi pour les bénévoles et les professionnels. Un défi contre soi-même.

Publié dans aidants, famille, éthique, visite

Partager cet article
Repost0

Qui est au centre ?

Publié le par Bernard Pradines

Issu de https://www.youtube.com/watch?v=LGMpOoysVrg

Issu de https://www.youtube.com/watch?v=LGMpOoysVrg

Les débats sur la qualité des soins et de l’hébergement font une large part à une problématique géométrique : qui est au centre ?

Je veux dire : qui est au centre des préoccupations des institutions, établissements et personnels ?

A rebrousse-poil de considérations inavouables, c’est le patient qui doit en principe être au centre des soins, c’est-à-dire l’objet principal autour duquel gravitent les divers acteurs et intervenants. Sous-entendu : le professionnel n’est pas ici d’abord pour venir chercher son salaire, les directions pour dominer leurs subordonnés, les investisseurs pour gagner de l’argent sur le dos des résidents, etc.

En 2016, Christophe Pacific remettait en question cette position centrale en proposant que le soin soit mis au centre à la place du patient[1]. Ainsi, ce dernier ne se retrouverait pas en situation d’objet.

Ces débats peuvent paraître théoriques mais ils sont cruciaux, tant un objectif flou peut ouvrir la voie à toutes les errances.

Pour ma part, avec Dominique Liffraud[2] qui cite huit fois ce terme dans son article, je serais tenté de proposer que la relation soit au centre de la préoccupation des établissements pour personnes âgées. C’est elle qui est le principal défi. Elle ne sera jamais résolue par le seul aspect « pratico-pratique ». Elle témoigne d’une réalité abstraite, bien plus difficile à appréhender que les problèmes concrets.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>