Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

prevention

La contention mécanique est dangereuse

Publié le par Bernard Pradines

La contention mécanique est dangereuse

La revue des incidents et accidents de matériovigilance déclarés à l’ANSM[1], dans la période du 1er janvier 2011 au 10 décembre 2019, sur des dispositifs médicaux de contention, a permis de faire le point sur les dispositifs médicaux de contention au fauteuil et au lit.

Parmi les contentions connues, mécanique, architecturale, médicamenteuse et psychologique, la première d’entre elles continue à occasionner la mort de personnes, en particulier âgées.

C’est ce que relève le rapport de l’ANSM de novembre 2020.

Parmi le observations relevées, l’absence de maintien pelvien au fauteuil apparait comme une erreur pouvant mener à la strangulation ou à la compression thoracique.

Bien sûr, il ne faut pas s’en tenir à cette considération de bon sens et prendre connaissance des accidents décrits et des recommandation prescrites contenues dans le document en lien ci-dessous.

Ces considérations rejoignent les résultats d’études déjà publiées.[2]

A noter que les contentions utilisées chez les personnes âgées sont généralement effectuées au fauteuil et au lit mais non sous la forme de « couchage de contention ».

Téléchargement du rapport :

https://www.geriatrie-albi.com/20201110-rapport-contention.pdf


[1] ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, anciennement, avant juin 2012, AFSSAPS : Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé

Partager cet article
Repost0

Masques et presbyacousie ne font pas bon ménage

Publié le par Louis Lacaze

Masques et presbyacousie ne font pas bon ménage

La moitié de la population de plus de 75 ans connait des problèmes d’audition qui sont fortement accentués par deux mesures recommandées pour la lutte contre la covid-19 : le port du masque et la distanciation qui ne sont pas près de disparaitre de notre quotidien.

La communication orale fait intervenir l’audition, le langage corporel, l’expression du visage, la lecture du mouvement des lèvres dont on saisit l’importance par le malaise ressenti dans la projection des films doublés où un gros plan du visage des acteurs ne « correspond » pas aux paroles entendues.

Le port du masque va dissimuler le sourire, toutefois partiellement exprimé par le regard, diminuer l’intensité du son, filtrer certaines fréquences. La distanciation d’un mètre, désormais de deux, accentue la baisse de l’intensité sonore, rend plus difficile l’interprétation des signes visuels.

Certaines parades peuvent être suggérées, après avoir résisté au réflexe qui pousse à abaisser le masque sur le menton. Debara L. Tucci propose quelques recommandations : faire preuve de patience, garder constamment en mémoire l’existence d’un handicap auditif de son interlocuteur. Parler plus fort sans toutefois crier, soigner l’articulation, éviter le plus possible les bruits de fond. Ne pas hésiter à demander à votre interlocuteur s’il a bien compris votre message, lui demander éventuellement de le répéter. Si l’importance du message le justifie, prendre un stylo et du papier. Si votre interlocuteur a conscience de la gravité de ses problèmes d’audition, on peut espérer qu’il aura demandé à un proche de l’accompagner lors de la consultation...

Source :

Publié dans Covid-19, prévention, politique

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>