Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

aidants

La contention mécanique est dangereuse

Publié le par Bernard Pradines

La contention mécanique est dangereuse

La revue des incidents et accidents de matériovigilance déclarés à l’ANSM[1], dans la période du 1er janvier 2011 au 10 décembre 2019, sur des dispositifs médicaux de contention, a permis de faire le point sur les dispositifs médicaux de contention au fauteuil et au lit.

Parmi les contentions connues, mécanique, architecturale, médicamenteuse et psychologique, la première d’entre elles continue à occasionner la mort de personnes, en particulier âgées.

C’est ce que relève le rapport de l’ANSM de novembre 2020.

Parmi le observations relevées, l’absence de maintien pelvien au fauteuil apparait comme une erreur pouvant mener à la strangulation ou à la compression thoracique.

Bien sûr, il ne faut pas s’en tenir à cette considération de bon sens et prendre connaissance des accidents décrits et des recommandation prescrites contenues dans le document en lien ci-dessous.

Ces considérations rejoignent les résultats d’études déjà publiées.[2]

A noter que les contentions utilisées chez les personnes âgées sont généralement effectuées au fauteuil et au lit mais non sous la forme de « couchage de contention ».

Téléchargement du rapport :

https://www.geriatrie-albi.com/20201110-rapport-contention.pdf


[1] ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, anciennement, avant juin 2012, AFSSAPS : Agence française de sécurité sanitaire et des produits de santé

Partager cet article
Repost0

Un défi contre soi-même

Publié le par Bernard Pradines

Image issue du site : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10645363/fr/groupement-de-texte-sur-la-maxime-connais-toi-toi-meme-/-gnothi-seauton

Image issue du site : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10645363/fr/groupement-de-texte-sur-la-maxime-connais-toi-toi-meme-/-gnothi-seauton

Comprendre la situation des personnes âgées vulnérables est un défi considérable. Il s’agit d’apprécier des dimensions parfois très techniques comme celle de la tarification des établissements d’hébergement et de soins, ou encore les aides financières au maintien à domicile.

Passons sur la profondeur historique, sociologique, culturelle, politique, psychologique qui est indispensable pour s’approcher d’autrui vieillissant dans une collectivité telle que définie dans un pays à un moment donné.

Au point que l’on peut affirmer sans sourciller que personne n’est capable d’avoir une vue globale satisfaisante. Sans parler des projections souhaitables pour la définition d’un « monde d’après » enviable pour ceux qui entament la dernière période de leur vie. Savoir analyser et s’exprimer est un exercice difficile qui n’est pas donné à tout le monde.  Oublions aussi la retenue de la défense des âgés quand la jeunesse éprouve de telles difficultés face à la pandémie actuelle.

Non, je veux vous dire deux mots du plus grand obstacle : celui de notre vécu personnel avec les gens âgés, vivants ou morts, de notre famille. Une expérience qui nous réjouit, qui peut aussi nous accabler mais qui nous fait d’abord voir la généralité de la vieillesse sous un prisme affectif, personnel, intime. Au point de jouer le rôle de l’arbre qui cache la forêt. Qui échappe à la considération suivante : « par exemple me mère, mon père » ? Phrase citée au hasard, bien sûr.

Pour surmonter cet obstacle, ou au moins pour le réduire, il faut des années d’écoute attentive et bienveillante de nombreuses situations diverses. Un défi pour les bénévoles et les professionnels. Un défi contre soi-même.

Publié dans aidants, famille, éthique, visite

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>