Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

respect

Avez-vous le sens des affaires ?

Publié le par Bernard Pradines

Image issue de : https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/letonnante-vitalite-de-largent-liquide-en-europe-136729

Image issue de : https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/letonnante-vitalite-de-largent-liquide-en-europe-136729

Vous voudriez gagner de l’argent avec un rendement de 4 à 6% l’an, ce qui est inhabituel en ces temps difficiles ? Avec en plus des facilités fiscales et les garanties de l’Etat et des collectivités territoriales ? Un Etat et des collectivités qui ont les moyens de contrôler des structures médico-sociales mais pas ceux de construire et de gérer les futurs établissements, heureusement privés, dans lesquels vous investirez.

Parfait. Vous pouvez profiter des difficultés liées à la dépendance et à la dégradation de la santé d’autrui sans arrière-pensée. Je suppose que vous savez que la situation de la population va s’aggraver en France du fait de la démographie et peut-être d’autres facteurs évitables comme une prévention insuffisante, des conditions de travail et de transport parfois ubuesques ou des politiques de santé obsédées par les économies. Ainsi, « une étude de l'INSEE parue en 2019 révèle un fait surprenant : en 2050, la France devrait compter 7 millions de personnes de plus de 60 ans en perte d’autonomie[1], contre 2,5 millions en 2015. Une telle projection impliquerait d’augmenter le nombre de places en EHPAD de plus de 50 % d’ici à 2050[2]»

Vous n’êtes pas obligé·e de vous interroger sur les modalités de gestion des personnels, des résident·e·s et des matériels qui aboutissent à un rendement aussi mirifique. Non, vous allez gagner beaucoup d’argent avant de rentrer peut-être vous-même en EHPAD. Ainsi, devenu dépendant et/ou malade, vous pourrez mieux rémunérer les généreux investisseurs qui vous succéderont. Donnant-donnant, en somme. Mieux : gagnant-gagnant.

Je précise que je ne prends aucun pourcentage pour le conseil que je vous prodigue. Voici les bonnes adresses. Attention, elles peuvent être frauduleuses (https://tinyurl.com/kyyntt5p) :

https://tinyurl.com/55frjyh9 ou bien sous un autre accès : https://cloud.leviia.com/s/TMbdYJ8fLEXCZkj

ou une autre proposition alléchante : https://tinyurl.com/ytpwhpd3


[1] NDLR : entendez ici la dépendance pour les actes de la vie quotidienne

[2] https://tinyurl.com/55frjyh9

 

Partager cet article
Repost0

Accueil des patients LGBT en milieu hospitalier

Publié le par Louis Lacaze

Accueil des patients LGBT en milieu hospitalier

« Elle est mourante et je ne peux pas dire que nous sommes mariées », tel est le titre d’un article publié dans un journal de gérontologie qui énumère les obstacles rencontrés par les séniors LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) à l’hôpital.  Ils forment moins de couples officiels que les hétérosexuels, ont davantage de problèmes financiers non amortis par une vie en couple reconnue officiellement, par la présence d’enfants ou le soutien d’une famille qui souvent les rejette.

La communauté LGBT comprend tout un éventail d’individualités différentes qu’il est impossible de répertorier dans les formulaires classiques, le premier obstacle étant quelle case cocher, masculin ou féminin. Le personnel soignant, à tous les niveaux, doit être en mesure de connaitre l’identité sexuelle de chaque patient, de poser une question double : comment peut-on vous classer par genre, masculin ou féminin, quelle est votre identité sexuelle ? Les formulaires d’admission gagneraient à contenir un espace libre où le patient pourrait s’identifier avec ses propres mots, indiquer l’identité des personnes importantes pour lui qui seraient assimilées à une famille légitime.

Assouplir d’un coup de baguette magique la rigidité des dossiers médicaux, débarrasser le personnel de santé de tous les préjugés éventuels qu’il peut nourrir contre un patient LGBT pour le placer dans l’espace sécurisant d’une grande famille, ouvrir les cœurs et les esprits n’est pas un rêve inaccessible.

Commentaires de Bernard Pradines : merci encore à Louis Lacaze de nous soumettre des articles originaux. Bien que les législations puissent être différentes selon les pays, les LGBT peuvent être une « terra incognita » pour la plupart des soignants. S’il est encore un domaine qui se prête à une formation complémentaire, c’est bien aussi celui-ci.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>