Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

politique

Quelles leçons retenir après la première vague de covid ?

Publié le par Louis Lacaze

Quelles leçons retenir après la première vague de covid ?
Quelles leçons retenir après la première vague de covid ?

Darrell Owens, médecin spécialiste en soins palliatifs s’est retrouvé mobilisé 24 heures sur 24 pendant 64 jours à consacrer une grande partie de son temps à des entretiens avec les patients de plus de 65 ans et particulièrement avec les familles quand la communication présentait des difficultés.

Comment se préparer à un tel afflux de patients ? Accepter l’idée que toute l’organisation sera bouleversée et se demander d’abord si l’on a les capacités de faire face ?  Profiter de l’occasion pour réorganiser les services, améliorer les soins aux patients en visant le long terme ?

Pour résister à cette charge de travail exceptionnelle, Darrell Owens a veillé à conserver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, famille et occupations de loisir en pensant qu’il suffisait de tenir encore une semaine et que tout serait terminé. Que tout allait changer avec une mobilisation générale des professionnels de la santé, des familles, des établissements d’accueil. Une réforme s’impose à ses yeux : établir une limite stricte du nombre de patients et résidents en fonction du nombre de soignants. Un projet dans ce sens s’est perdu dans les méandres des instances gouvernementales, illustrant le peu de poids des seniors face aux exploitants de l’or gris. La nation a confié à des groupes financiers l’accueil des seniors, activité pour eux des plus rentables. De leur côté les soignants qui consacrent toute leur énergie aux seniors ont pu finir par être démoralisés et se demander s’ils ne sont pas naïfs quand ils sont les seuls à s’intéresser à leur sort.

Une nouvelle forme d’accueil est en phase de réflexion avec de petites structures ayant un bon rapport résidents-soignants, un maximum de liberté et le sentiment, en particulier chez les déments, que la vie continue, qu’il y a toujours de l’espoir.

Pour le Dr Jim Wright, directeur d’établissement d’accueil, le pire cauchemar de la première vague de covid a été le confinement, les résidents enfermés dans leurs chambres, l’interdiction des visites, la suppression des repas en commun, la fin des activités. Un horrible cauchemar à ne jamais revoir. Or la pandémie n’a rien changé sur le plan administratif, un rapport de 600 pages approuvé par l’Académie des Sciences est tombé aux oubliettes. Les établissements d’accueil conservent toutefois leur optimisme. Ils aimeraient avoir la possibilité de promouvoir directement le personnel en fonction de ses capacités et de son mérite.

Commentaires de Bernard Pradines. Il est frappant de constater les analogies entre la situation aux USA et celle de la France. La Covid-19 continue à affecter gravement les personnes les plus vulnérables dans le monde. Si toutes les leçons de la pandémie n’ont pas été tirées, Daniel Owens a le mérite de nous en communiquer l’essentiel.

Source :

Partager cet article
Repost0

Maladie d’Alzheimer et conduite automobile

Publié le par Bernard Pradines

Barry Reisberg

Barry Reisberg

Grande émotion en France lors de la promulgation de l’arrêté du 28 mars 2022 fixant la liste des affections médicales incompatibles ou compatibles avec ou sans aménagements ou restrictions pour l’obtention, le renouvellement ou le maintien du permis de conduire ou pouvant donner lieu à la délivrance de permis de conduire de durée de validité limitée.

Je souhaite ici aborder le cas particulier de la maladie d’Alzheimer.

Extrait de l’arrêté concernant la maladie d’Alzheimer :

Maladie d’Alzheimer et conduite automobile

J'ai repris la définition du stade 3 de l’échelle de Barry Reisberg dans sa définition.

La Fédération des Centres Mémoires (FCM), organisme digne de confiance, publie l’échelle de Reisberg en anglais. Traduction personnelle en dessous.

Extrait concernant le stade 3 :

Texte original

Stade 3. Mild cognitive decline (Mild Cognitive Impairment)

Earliest clear-cut deficits. Manifestations in more than one of the following areas:

(a) patient may have gotten lost when traveling to an unfamiliar location;

(b) coworkers become aware of patient's relatively poor performance;

(c) word and name finding deficit becomes evident to intimates;

(d) patient may read a passage or a book and retain relatively little material;

(e) patient may demonstrate decreased facility in remembering names upon introduction to new people;

(f) patient may have lost or misplaced an object of value;

(g) concentration deficit may be evident on clinical testing. Objective evidence of memory deficit obtained only with an intensive interview. Decreased performance in demanding employment and social settings. Denial begins to become manifest in patient.

Mild to moderate anxiety accompanies symptoms.

Traduction personnelle (B. Pradines)

Stade 3. Déclin cognitif léger (troubles cognitifs légers)

Premiers déficits nets. Manifestations dans plus d'un des domaines suivants :

(a) le patient peut s'être perdu lors d'un voyage vers un lieu inconnu ;

(b) les collègues prennent conscience des performances relativement médiocres du patient ;

(c) le déficit de recherche de mot et de nom devient évident pour les intimes ;

(d) le patient peut lire un passage ou un livre et en retenir relativement peu de chose ;

(e) le patient peut montrer une diminution de la possibilité à se souvenir des noms lors de la présentation à de nouvelles personnes ;

(f) le patient peut avoir perdu ou égaré un objet de valeur ;

(g) un déficit de concentration peut être mis en évidence lors des tests cliniques. Une preuve objective de déficit de mémoire est obtenue seulement avec un entretien intensif. La diminution des performances dans les environnements professionnels exigeants et de l'observation des règles en société est présente. Le déni devient manifeste chez le patient.

Une anxiété légère à modérée accompagne les symptômes.

Surtout, la FCM conteste la validité de l’échelle de Reisberg pour évaluer la sûreté de la conduite automobile. Je la cite :

Extrait :

« Alors, faut-il utiliser à nouveau l’échelle de Reisberg ?

La réponse est non ! Cette échelle présente plusieurs inconvénients pour la pratique clinique en 2022. Construite en 1982, elle n’est plus utilisée dans nos consultations et sa validité peut être remise en cause après quarante ans de connaissances accumulées sur la maladie d’Alzheimer. Ensuite, la méthodologie employée pour construire cette échelle est imprécise et ses qualités psychométriques sont insuffisantes. Enfin et surtout, si l’utilisation d’une échelle de stade est déjà peu pertinente dans la prise en soins des patients présentant une maladie d’Alzheimer – elle le sera encore moins pour juger de l’habileté à la conduite automobile. »

Références :

https://www.centres-memoire.fr/wp-content/uploads/2022/07/FCM_echelle-de-reisberg.pdf

https://www.centres-memoire.fr/renaissance-de-lechelle-de-reisberg-les-vieux-pots-font-ils-les-meilleures-soupes/

Reisberg, B., Ferris, S.H., de Leon, M.J., and Crook, T. The global deterioration scale for assessment of primary degenerative dementia. American Journal of Psychiatry, 1982, 139: 1136-1139.

Partager cet article
Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>