2020, une année perdue pour les grands-parents

Publié le par Louis Lacaze

2020, une année perdue pour les grands-parents
2020, une année perdue pour les grands-parents

Le strict confinement des personnes âgées en 2020 a été particulièrement douloureux pour les grands-parents privés de tout contact avec leurs petits-enfants ; il a pu altérer leur santé mentale et physique. En 2021 la vaccination va mettre, du moins partiellement, un terme à cette épreuve.

Ne pas voir un bébé grandir représente pour eux une perte irréparable. L’évolution est rapide, les photos et la représentation sur un écran ne peuvent pas apporter la joie d’un contact physique direct ; ces moments sont perdus à jamais pour un grand-parent qui sait que son temps de présence dans la famille est limité par l’âge. Plus grands, les enfants n’ont pas eu l’occasion de communiquer avec Papy et Mamy, de partager avec eux leurs jeux, les moments importants de leur vie tels que la souris qui emporte leur première dent de lait, l’entrée à l’école, au collège.

Les psychologues se montrent rassurants en soulignant que les enfants ont de grandes capacités d’adaptation et sauront très vite accorder une grande place aux grands-parents dans leur quotidien, naturellement encouragés pour cela par les parents.

Source :

Publié dans Covid-19, famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article