L’illusion de la maitrise

Publié le par Bernard Pradines

Mon corps est à moi. Je décide seul de ce que je veux en toutes circonstances. Ces adages traduisent l’émergence de l’individu comme entité principale de nos sociétés. Avec comme avantage le respect de l’individu dans de nombreux aspects autrefois sous le pouvoir de la collectivité. Respect de l’orientation sexuelle, interdiction de la torture et abolition de la peine de mort ne sont pas les moindres avancées dans ces domaines.

De là à ignorer les limites permettant la vie en société, il n’y a qu’un pas qui peut être vite franchi au mépris de la Déclaration des droits et des devoirs de l’homme et du citoyen du 22 août 1795 : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits ».

Le débat actuel sur la vaccination anti-Covid-19 comporte des aspects qui se rattachent à ces bornes. Plus généralement, la dépendance à autrui est un impératif constant qui est indépassable bien que devenue de plus en plus insupportable pour les chantres de la liberté individuelle à tout prix. 

Pour en arriver à cette couronne de fleurs qui fera sourire bien des professionnels qui ont accompagné nos semblables jusqu’au bout de leur vie.

L’illusion de la maitrise

Publié dans Covid-19, politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article