Aucun vaccin ne protège contre le deuil anticipé

Publié le par Louis Lacaze

Image issue du site Cap Retraite

Image issue du site Cap Retraite

Il existe une riche documentation portant sur le deuil anticipé qui peut en particulier se rencontrer parmi les populations exposées à un risque grave chez ceux qui n’ont pas été touchés. De nombreux cas ont frappé les communautés de séniors pendant la pandémie avant l’arrivée de la vaccination quasi systématique.

 Si notre culture sous-entend que les émotions douloureuses sont à dominer, qu’on doit être fort, les psychologues pensent qu’il est important de les accepter pour ensuite être en mesure de les maitriser en commençant par s’interroger sur la raison de cette souffrance, ce qui peut permettre de la relativiser. Ils recommandent de veiller à se consacrer à des activités absorbantes, de remettre de l’ordre dans des relations familiales tendues, ce qui peut éviter d’éprouver de lourds regrets quand il serait trop tard.

 Si parfois la solitude est recherchée, à d’autres moments il est bon de pouvoir se reposer sur des amis, de sentir leur compassion. Marcher au contact de la nature a pu avoir des effets bénéfiques pour un groupe de malades bénéficiant de soins palliatifs qui ont déclaré avoir ressenti un grand soulagement sur le plan émotionnel à la suite d’une longue promenade.

Source :

Publié dans fin de vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Bernard PRADINES 18/08/2021 20:02

Pour compléter la réponse de Louis Lacaze, ce blog est aussi l'occasion de discuter de sujets difficiles, rarement vulgarisés. Merci pour votre participation.

Louis Lacaze 18/08/2021 19:15

« R. Je ne comprends strictement rien à cet article. De notre vivant, il est quasiment impossible de se représenter notre propre absence. »

Je reconnais que le sujet peut dérouter au premier abord mais GérontoLiberté vise simplement à se mettre à la disposition des lecteurs qui restent libres de partir explorer les domaines qui retiennent leur attention. Pubmed peut venir à leur secours et propose environ vingt publications sur le sujet du deuil anticipé de difficulté d’accès variable. On ne peut que regretter que l’essentiel de la recherche médicale ne soit publié qu’en anglais…

R. 18/08/2021 08:58

Je ne comprends strictement rien à cet article. De notre vivant, il est quasiment impossible de se representer notre propre absence.
Pour citer le deuil, mécanisme portant sur les émotions, il faut considérer un manque, plus ou moins douloureux. Or la mort, pour certains, peut être redoutée comme douloureuse (passage, instant) mais pas forcément comme une douleur pour certains. Ni le manque ni la douleur ne sont pour soi, mais pour les autres.
Chez des personnes âgées, si pas d'autre (solitude ou parfois égoïsme de fin de vie qui se veut protecteur), cette représentation ne peut exister !
Chacun ne peut conceptualiser que de là où l'on en est. Et ne pas oublier que certains sont prêts à renoncer à leur vie pour des valeurs ... Et fort heureusement ! Sinon il n'y aurait plus d'Armée, une institution très chère a l'Etat.