L’engouement pour la mort assistée (3) : les limites de la médecine

Publié le par Bernard Pradines

L’engouement pour la mort assistée (3) : les limites de la médecine

L’espoir dans la médecine fut immense, en particulier au cours du vingtième siècle. Peu à peu, ce sentiment a connu des inflexions, des nuances car de nouvelles limites ont été atteintes. Si les progrès ont été considérables dans le domaine des traitements antibactériens, des obstacles sont apparus tels que la résistance aux antibiotiques. Si les maladies cardiovasculaires et les cancers sont mieux soignés, ils subsistent à représenter les deux principales causes de décès. L’allongement de la durée de la vie a permis l’émergence quantitative de maladies chroniques que nous ne savons pas guérir, essentiellement les démences dont la principale en nombre est la maladie d’Alzheimer. Il ne manquait plus que la Covid-19, succédant en moins de vingt ans à une vague de chaleur ravageuse pour nous rappeler à davantage d’humilité malgré les moyens relativement efficaces qui ont été opposés à ces deux fléaux.

Les polémiques nées d’études trop vite publiées ont fait le reste lors de la dernière crise sanitaire.

Peu à peu, une défiance a pu s’installer, renforcée par la pénurie de médecins et l’émergence de médecines et pharmacies parallèles qui, pour le coup, ne sont pas « fondées sur la preuve » mais sur la séduction.

Enfin, nous ne voulons plus souffrir. Pas seulement celle ou celui qui s’en va mais celles et ceux qui restent. Combien de fois ai-je vu des familles en souffrance donc impatientes que « cela finisse » alors que la personne concernée n’émettait ou ne manifestait aucune plainte ni aucun inconfort décelable par un œil professionnel averti. A l’inverse, le déni peut être présent et tout traitement palliatif nécessaire est parfois considéré comme inutile ou risqué par l’entourage familial.

Enfin, la médecine palliative est peu connue en dehors d’un cercle restreint de soignants.

Tout est prêt pour l’institution de mesures expéditives et radicales incroyablement présentées comme un progrès législatif.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Un domaine insondable et lourd. Face aux "avancées" de la medecine, toute puissante soit-elle, elle ne resout aucunement les angoisses de la fin de vie.<br /> L'humain est difficilement gérable à quelque âge que ce soit. <br /> Le maître mot, cest l'amour que nous devrions partager, aux anciens comme aux plus jeunes. <br /> AIMEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES
Répondre
G
tout a fait juste .Tout professionnel confronté à la fin de vie pourrait en dire autant il y a une incomprehension dans un sens ou dans l autre je doute beaucoup des soit -disantes avancees societales qui en fait ne masque qu un defaut educatif aux soins palliatifs
Répondre
B
Oui, nous aurons fort à faire dans le mois qui viennent paour faire entendre nos témoignages de professionnels inquiets de soi-disant avancées législatives.