Intrusion

Publié le par Bernard Pradines

Le mot « intrusion » revient régulièrement dans le discours ou les publications relatives à la présence des soignants ou des personnes chargées de l’aide à domicile. La définition de ce terme figure dans les dictionnaires : il s’agit d’une introduction de force, du fait de « s’introduire, sans en avoir le droit, dans une charge, une dignité, dans une société, un groupe » (Le Petit Robert).

Cette précision nous éclaire sur la réticence de nombreuses personnes âgées à être aidées. Les raisons en sont multiples : anosognosie (non reconnaissance de la maladie), envahissement du domicile et bouleversement des rythmes de vie, perte de maîtrise sur l’environnement habituel, humain et matériel, œil extérieur s’introduisant et jugeant les intéressés. Cette dernière situation est d’autant plus prégnante que les aides à domicile concernent la proximité villageoise. Pourtant, le principal facteur de vécu négatif est peut-être ailleurs : il s’agit de la nouveauté historique de ce phénomène. Jadis lieu d’intimité, la famille nécessitant de l’aide devient publique, ouverte de bon ou mauvais gré ; un changement culturel sans précédent depuis la horde ou la tribu. Une adaptation à marche forcée : pour le meilleur et pour le pire.

Publié dans éthique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article