Covid-19, le grand délire des consultations

Publié le par Louis Lacaze

Covid-19, le grand délire des consultations

Tous les médecins ont eu l’occasion de rencontrer des patients gravement contaminés par une mésinformation relative à leur pathologie recueillie dans une presse recherchant le scoop ou sur les forums de sites grand public de vulgarisation d'information médicale.

Brian Southwell, docteur en sciences de communication, anime un atelier dans une université de médecine en Caroline du Nord pour former les étudiants à réagir efficacement face à ces situations.

La diffusion de mésinformations n’a rien de nouveau mais a pris de vastes proportions avec la puissance des médias actuels. Elle répond à la fois à un besoin de découvrir la vérité et de rejoindre un groupe renforçant des certitudes. Si elle suggère un apport de bien-être ou de bonne santé, elle va retenir l’attention et déclencher un désir de la partager[1] en participant à sa diffusion. L’apport d’une touche de surprise, d’originalité, va faciliter sa propagation avec une liberté totale, bien éloignée des comités de lecture des grands journaux médicaux.

Le public recherche un moyen facile de se sécuriser et de rationaliser un évènement préoccupant. Le médecin évitera de se focaliser sur la fausse information et reconnaitra que nous sommes tous vulnérables en ce domaine à des degrés divers. Plutôt que de ridiculiser son patient pour sa naïveté il est préférable de lui demander pourquoi il a retenu cette information, ce qui peut permettre d’ouvrir une voie vers une information plus rationnelle. Comment a-t-il appris la chose ? Que penser de la source ?

Le patient n’est pas venu rencontrer son médecin pour le mettre face à son incompétence mais pour profiter de son expertise. Il doit découvrir par lui-même qu’il se peut qu’il ait tort et non pas se l’entendre dire. La consultation n’apportera peut-être pas une correction immédiate de l’information erronée mais une graine de réflexion aura été semée.

Y croyez-vous ?

Commentaire de Bernard Pradines : difficile de s’y retrouver en ce moment pour qui, même médecin, n’est pas expert dans le domaine considéré ; sans compter les difficultés pour comprendre les études cliniques et surtout l’interprétation de leurs résultats. Méthodologie et statistiques sont devenues si complexes qu’elles doivent bénéficier d’une vulgarisation, y compris dans le milieu professionnel. Ajoutons-y le fait que les données correctement interprétées peuvent être négligées lors des décisions politiques qui tiennent compte d’autres facteurs, eux aussi complexes. Ainsi, la frontière peut sembler floue entre ce que Louis Lacaze nous rapporte comme des mésinformations d’une part et une science qui avance à tâtons d’autre part. Une des suspicions peut porter sur les trop grandes certitudes dans un contexte mouvant. Surtout, la notion de source fiable évoquée ci-dessus demeure un fil conducteur à ne pas perdre de vue.

Source : 

Jennifer Abbasi JAMA. COVID-19 Conspiracies and Beyond: How Physicians Can Deal With Patients’ Misinformation


[1] Le mot « partager » est un anglicisme découlant du verbe « to share ». En fait, il s’agit ici de transmission et non de partage dans le sens habituel du terme. En effet, c’est la totalité de « l’information » qui est communiquée et non une partie.

Publié dans Covid-19, Internet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
« Méthodologie et statistiques sont devenues si complexes qu’elles doivent bénéficier d’une vulgarisation » , le journal Le monde a sorti un article très intéressant le 10 mai «comprendre une étude scientifique ». Mais .. quel est le profil du lectorat ?
Répondre
R
Hier j'ai été arrêtée dans la rue à l'air libre. Des policiers menaçants m'ont demandé de me masquer, or l'on sait maintenant que l'air est un facteur plus protecteur que le masque.
Le policier m'a fait l'aveu de ne pas croire à l'intérêt du masque dans la rue, mais a ajouté : "faites l'effort de le porter, pour ne pas effrayer la population" ... Je ne me savais pas si dangereuse. Je sens la comme un défaut de logique. Il n'y avait pas grand monde dans les rues. Ce policier n'a fait qu'obéir a une hiérarchie ... jusqu'à quand et surtout jusqu'où ?!
Répondre