Loi de fin de vie : réponses à nos questions

Publié le par Bernard Pradines

Loi de fin de vie : réponses à nos questions
Dans la préparation de la visioconférence relative aux lois de fin de vie du Dr Serge Bismuth le 23 septembre 2021, nous avons recueilli 46 réponses à un questionnaire censé vérifier la connaissance de la loi en vigueur.
Nous vous en fournissons ci-dessous les résultats intégraux après un court exposé des principales erreurs retrouvées dans les réponses.
  • L’institution de la personne de confiance est ancienne : elle date de 2002.
  • Il n’est jamais prévu d’imposer à quiconque la désignation d’une personne de confiance ou la rédaction de directives anticipées.
  • Le fait d’être sous tutelle ne permet pas de désigner une personne de confiance ou de rédiger des directives anticipées sans conditions préalables.
  • Les directives anticipées sont valables indéfiniment sauf si révoquées ou modifiées.
  • Une personne mineure ne peut pas valablement désigner une personne de confiance ou rédiger des directives anticipées
 
Voir ci-dessous les résultats complets.
 
Réponses aux 13 questions fermées :
 
Réponses à la question ouverte relative aux différences entre sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès et euthanasie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article