Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand on devient vieux, on peut penser que c'était mieux ... avant.

Publié le par Bernard Pradines

Quand on devient vieux, on peut penser que c'était mieux ... avant.
Partager cet article
Repost0

Evaluation : le piège PATHOS se retourne contre ses prescripteurs

Publié le par Bernard Pradines

Evaluation : le piège PATHOS se retourne contre ses prescripteurs

Désormais, tout est évalué à des fins gestionnaires, sauf la satisfaction des résidents, la qualité des soins et de l’accompagnement qui leur sont prodigués.

Au début de ce grand mouvement de « management » instauré dans les années 2000 en EHPAD [1] et USLD [2] après avoir fait merveille dans l'industrie et le commerce, les professionnels de terrain avaient pu penser qu'il s'agissait d'une reconnaissance des efforts accomplis et une mise en adéquation des moyens aux besoins.

C'est ainsi que la dotation des établissements a été conditionnée pour une partie par l'évaluation de la dépendance (GMP [3] fondé sur le GIR [4]) et pour une autre partie par les pathologies (PMP [5] fondé sur l’outil PATHOS).

Le tout rassemblé dans une formule qui aurait fait le bonheur du théâtre de Georges Courteline avant de rendre perplexe Franz Kafka lui-même : GMPS [6] = GMP + (2.59 x PMP). Amen.

Chaque point de ce GMPS est actuellement censé donner droit à 13,10 Euros pour les USLD et les EHPAD (au tarif global avec pharmacie à usage intérieur).

Le choc de simplification était donc en marche. Il permettait assurément de comprendre ce qui était écrit dans un équivalent aussi intelligible que du javanais prononcé avec l'accent esquimau.

Madame le Docteur Accablée (je m'excuse de la citer) m'écrit qu'elle a réalisé une coupe PATHOS dans son EHPAD à la fin de 2013.

Le résultat du GMP fut validé par un médecin du conseil général conformément aux prévisions du Dr Accablée. Le PMP fut confirmé par un médecin de l'ARS [7] à des niveaux insoupçonnés, c’est-à-dire au moins 40 points au-dessus d'une évaluation pratiquée dans les mêmes conditions deux ans auparavant.

Jusque-là, tout allait bien au royaume des grilles qui rentrent bien dans les disques durs des ordinateurs ; le tout pour faire de jolies courbes dont on sait l'utilité pour l'humanisation de la prise en charge des aînés.

C'est alors que les résidents, les directeurs, les médecins coordonnateurs commencèrent à ressentir leur douleur.

Les autorités ayant le sens de la parcimonie, on apprit que le résultat serait rétribué à 90 % et non à 100 % comme naturellement attendu. Mais, comme le thermomètre montrait une fièvre encore inadmissible malgré cette astuce fort intelligente, il fut décidé, faute de pouvoir diminuer ces vilains indices de dépendance et de maladies, de les rétribuer à 80 % de leur valeur normale .

Certains esprits chagrins parmi les directeurs, ayant des pensées négatives et par trop revendicatrices, ont manifesté leur désaccord. Leur ange gardien -pas même leur petit doigt- leur dit alors qu'il s’agissait d'un péché potentiellement mortel pour leur carrière. Mais alors, que répondre sinon deux phrases dans le style de Jean de la Fontaine: « Messire, veuillez m'excuser, vous m'aviez mal comprise, je serai plus discrète désormais. Dorénavant, on ne m'entendra point.»

Quelle morale peut-on retenir de cette histoire ? Que les payeurs sont à bout de souffle et que si rien ne bouge la vieillesse va devenir invivable….

[1] EHPAD : établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (anciennement : maison de retraite)

[2] USLD : unité de soins de longue durée (anciennement : service de Long Séjour)

[3] GMP : GIR Moyen Pondéré

[4] GIR : Groupe Iso-Ressource

[5] PMP : Pathos Moyen Pondéré

[6] GMPS : GIR Moyen Pondéré Soins

[7] ARS : Agence Régionale de Santé

Complément en date du 27 novembre 2017 :

Extrait de l’article de  paru sur AgeVillage (voir ci-dessous)

« Je crois qu’il est temps néanmoins de rappeler une fois encore que la simple équation GIR + PMP = GMPS n’est pas suffisante et qu’elle ne représente pas le meilleur moyen de réaliser des économies. Il s’agit en effet d’un grand pas vers une convergence, mais il représente aussi une prime à la grabatisation pour les établissements négligents et une punition pour les plus vertueux qui améliorent, grâce à une prise en charge bien adaptée et un personnel bien formé, l’état de leurs résidents. »

Publié dans évaluation, tarification

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>