Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi je ne signe pas

Publié le par Bernard Pradines

Une pétition circule depuis août 2018 dont voici un extrait :

« Il existe un véritable scandale entre le coût d’une maison de retraite et les soins dispensés! (Il est intolérable qu’elles ne soient pas des havres de paix et de bien-être, dédiés aux personnes âgées dépendantes)

L’équipe de soins est souvent en sous-effectif, et plus grave, l’absence d’empathie, la banalisation des actes (toilettes rapides, «nourrissage») sont la porte ouverte à toutes formes de maltraitance insidieuse, sournoise (irrespect, abandon, manque de soins, brusqueries, déni de l’humain...)

Nos élus, les politiques, les institutions sont parfaitement au fait de ces scandales ! (les grèves de personnels, leurs témoignages, ceux des familles ont fait la une des médias!)

Ils ne peuvent plus se prévaloir de l’omerta, se cacher derrière le mensonge, comme ceux qui, lors de la dernière guerre mondiale, avaient assuré « ne rien savoir » des traitements infligés aux juifs : ce serait une nouvelle grande indignité pour notre pays !

Le bien vieillir doit être une priorité absolue ! »

Si je peux être d’accord avec ce texte sous l’angle de la protestation, je ne peux que réfuter l’argument comparant les vieux actuels aux juifs exterminés par les nationaux-socialistes et leurs supplétifs au cours de la deuxième guerre mondiale, m^me si cet épisode historique n'est pas explicitemtn cité.

Je m’en suis déjà expliqué dans le texte en lien ci-dessous :

La pétition :

Publié dans éthique, politique, EHPAD, respect

Partager cet article
Repost0

Hypothermie : un risque à ne pas négliger

Publié le par Louis Lacaze

Hypothermie : un risque à ne pas négliger

"L’hypothermie ne se manifeste pas toujours de façon aussi évidente."

En période de canicule, les avertissements sont nombreux. On peut regretter que les aidants ne soient pas toujours informés des dangers du froid, tout aussi insidieux. En période de froid, le corps peut se trouver dans l’incapacité de produire la chaleur dont il a besoin. Si sa température corporelle tombe à 35°C ou au-dessous, même pendant un laps de temps relativement court, la situation peut devenir très vite critique. A redouter une atteinte des reins, du foie, ou pire. Certains états pathologiques, certains médicaments peuvent augmenter la sensibilité au froid des seniors, particulièrement vulnérables.

 

Certains signes peuvent alerter un aidant. Une parole lente, hachée, une pensée confuse, des frissons, des réactions ralenties, des mouvements non coordonnés ou saccadés, une perte d’équilibre, un visage gonflé, un pouls faible, tous ces signes exigent une intervention médicale immédiate.

 

L’hypothermie ne se manifeste pas toujours de façon aussi évidente. Un aidant devra contrôler la température du logement, soit 20-21°C souhaitables pour un senior. Est-il convenablement habillé ? Un vêtement épais isole moins bien du froid que plusieurs vêtements plus légers superposés qui enferment plusieurs couches d’air, leur pouvoir isolant se trouvant renforcé. Sortir par un temps froid et venteux exige certaines précautions, le port de vêtements chauds, de gants, d’une coiffure. Ne sortir qu’en cas de nécessité et rentrer le plus tôt possible.

 

Pour résumer, en cas de signes d’hypothermie, un avis médical s’impose. Dans l’immédiat s’abstenir de donner de l’alcool, du café, mais simplement une boisson chaude. Ne pas frotter les bras ou les jambes du senior, ne pas lui donner un bain chaud mais l’envelopper dans des couvertures, des vêtements chauds. N’hésitez pas à vous serrer contre lui mais en douceur !

 

Commentaires de Bernard Pradines. L’hypothermie est particulièrement à redouter chez des personnes souffrant de troubles cognitifs qui n’opposent plus des capacités normales d’adaptation vestimentaires et plus généralement comportementales à la situation atmosphérique. Il faudra éviter l’humidité des vêtements surtout quand elle se conjugue avec le vent.

 

Commentaires de R.  Hospitalisée, j'ai eu très froid ; j'ai été en hypothermie à 35 degrés, brrrr ... j'ai mis des heures pour obtenir une couverture. Les bouillottes ne semblent plus exister.

 

Depuis l'infarctus et la décompensation cardiaque, j'ai une très mauvaise régulation thermique : au froid, je marche aussitôt très mal.

 

Dans les  maisons de retraite, j'ai vu beaucoup de personnes âgées dépendantes exprimant qu'elles avaient froid. Les conditions de toilette sont parfois extrêmes : des malades porteurs de dégénérescences, refusaient la toilette à cause de leur ressenti de froid. Dès qu'un radiateur était ajouté, les cris et refus cessaient.

Comme ancienne professionnelle en EHPAD, je peux témoigner que nous subissions aussi des restrictions de chauffage. Je me souviens d’un EHPAD rural qui était glacial ; le personnel a été ravi lorsque j'ai donné à l'établissement des couvertures polaires et plaids ... j'avais contacté de nombreuses familles pour les sensibiliser et leur demander de nous fournir de quoi couvrir leurs parents

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 > >>