Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

chute

Douleurs et chutes : un lien ?

Publié le par Bernard Pradines

Rappel : GérontoLiberté aimerait mieux vous connaître pour mieux répondre à vos attentes : http://goo.gl/forms/3XYpKko8My

Image issue du site suivant : http://www.brunet.ca/fr/conseils/prevention-des-chutes-quand-on-peut-eviter-le-pire.html

Image issue du site suivant : http://www.brunet.ca/fr/conseils/prevention-des-chutes-quand-on-peut-eviter-le-pire.html

Je tiens à remercier Barbara Acello, infirmière, qui me fait régulièrement part d’aspects nouveaux et intéressants paraissant surtout aux USA. En voici un exemple.

Patel (Patel et al, 2014) étudie un échantillon de 7 601 personnes âgées de plus de 65 ans aux Etats-Unis, vivant hors maisons de retraites (nursing homes), représentatives de 35,3 millions de personnes bénéficiant de Medicare en 2011.

Parmi elles, 53 % décrivent au moins une douleur gênante. La prévalence de chutes  à répétition, définies par l’occurrence d’au moins deux chutes dans une année, était de 19,5 % chez les personnes douloureuses mais seulement de 7,4 % chez celles qui ne déclaraient pas de douleur, soit un ratio de 2,63 (IC 95% = 2,28-3,05).

La prévalence de la peur de tomber limitant l’activité était de 18% en cas de douleur et de 4,4 % sans douleur (IC 95% = 3,24-4,87).

Le nombre de sites douloureux interviendrait aussi dans cette association morbide : des problèmes d’équilibre et de coordination limitant l’activité se rencontraient chez 6,6 % des patients non douloureux mais chez 11,6 % avec une localisation douloureuse, 17,7 % avec deux, 25% avec trois et 41,4 % avec quatre ou davantage.

La douleur pourrait favoriser la chute pour des raisons variées : les muscles sont plus faibles du fait de l’inactivité provoquée par la douleur, la marche est altérée, les fonctions cognitives peuvent être compromises par le processus douloureux, les médicaments antalgiques peuvent aussi majorer le risque.

Personnellement, j’y ajouterais le risque des séquelles douloureuses de la chute qui crée un cercle vicieux. L'efficacité des réflexes parachutes, qui permet de retrouver la stabilité en cas de danger, peut aussi être compromise par la douleur elle-même si elle siège dans des localisations utiles au rétablissement de l’équilibre.  Enfin, il convient de s’interroger sur la coexistence de douleurs et de détériorations des récepteurs articulaires permettant aux centres supérieurs d’intégrer la position du corps dans l’espace. Cette conjonction est présente en particulier dans l'arthrose.

Sources :

Patel KV, Phelan EA, Leveille SG, Lamb SE, Missikpode C, Wallace RB, Guralnik , JM, Turk DC. High prevalence of falls, fear of falling, and impaired balance in older adults with pain in the United States: findings from the 2011 national health and aging trends study. J Am Geriatr Soc. 2014 Oct;62(10):1844-52.

Tim Mullaney . Older adults with pain fall significantly more often, study finds. November 17, 2014 : http://tinyurl.com/plgx6ac

Publié dans chute, douleurs

Partager cet article
Repost0

Salle de bains : attention danger

Publié le par Papi

Salle de bains : attention danger

La salle de bains se place en deuxième position après la cuisine pour les risques qu’elle représente pour les personnes âgées et en première position pour les chutes entraînant le décès.

Les points à surveiller et à éventuellement sécuriser :

- Un sol mouillé est un sol glissant. Si la douche n’a pas une porte en verre incassable, un rideau peut convenir à condition qu’il tombe bien à l’intérieur du bac. Ce dernier ne devra pas être glissant mais équipé d’un tapis antidérapant. Solution idéale : une douche à l’italienne avec carrelage antidérapant où le bac est purement et simplement supprimé.

- Des restes de savon et de produits de toilette divers peuvent tomber sur le sol et être très glissants. Ne pas attendre pour les nettoyer.

- Une salle de bains rutilante peut être un plaisir pour l’œil mais une personne handicapée sur le plan visuel pourra être éblouie, désorientée avec les reflets sur les accessoires chromés, incapable de voir de l’eau sur le sol, ce qui augmentera le risque de chute. Solution : utiliser des lampes en verre dépoli. Ainsi, l’éclairage sera moins brutal.

- On peut être amené à utiliser un chauffage d’appoint dans la salle de bains. Choisir un modèle à double isolation, veiller à ce que les fils ne puissent pas provoquer de chutes, qu’il n’y ait pas de textiles divers près de l’appareil. Ne jamais laisser un radiateur fonctionner sans surveillance. Meilleure solution : installer ou faire installer un appareil fixe.

- Des barres d’appui peuvent rendre de grands services. Ne pas les confondre avec de simples porte-serviettes. Elles doivent être solidement fixées, en position horizontale et non oblique, la main pouvant glisser, entraînant la chute.

- Si les chutes viennent en première position, les brûlures sont fréquentes ; il est recommandé de régler la température d’arrivée de l’eau chaude à moins de 50°.

Publié dans toilette, salle de bains, chute

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5