Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

depression

Comment reconnaître la fragilité physique, comment réagir ?

Publié le par Papi

Trop peu de médecins, à l’exception des gériatres, chercheraient à diagnostiquer les cas de fragilité physique alors que 5% des personnes de plus de 70 ans sont touchées, en particulier les femmes qui ont une espérance de vie plus longue.

Le Dr J. Morley, professeur de gériatrie à l’université de Saint Louis, Etats-Unis a publié ce mois-ci dans The Journal of the American Medical Directors Association, un questionnaire qui pourrait permettre à un soignant de détecter un risque de fragilité physique :

- Vous sentez vous fatigué ?

- Avez-vous du mal pour monter un étage ?

- Pouvez-vous marcher plus de 200 mètres ?

- Souffrez-vous de plus de 5 maladies ?

- Avez-vous perdu plus de 5% de votre poids au cours des 6 derniers mois ?

A partir de 3 réponses affirmatives un examen médical est justifié d'après cet auteur.

Il pourra s’ensuivre une surveillance de l’alimentation, une diminution du nombre de médicaments prescrits, un traitement médical approprié et une prescription d’exercices visant à conserver un bon degré d’énergie physique.

En voici deux de très simples, à pratiquer quotidiennement :

- Marcher de 10 à 15 minutes, plus vite qu’un chien.

- Prendre deux boites à conserve d’un litre (pleines! ) et les soulever dans toutes les directions pendant 5 minutes.

Prévention :

Un soignant vigilant pourra faire accepter certaines formes de prévention :

- Suggérer une activité physique quotidienne (marche, assouplissements, poids à soulever).

- Ne pas négliger les activités intellectuelles : mots croisés, sodokus, jeux en société, conversations, visites.

- Reconnaître des signes de dépression éventuels et informer le médecin.

- Veiller à ce que l’alimentation soit équilibrée, avec une quantité suffisante de protéines pour maintenir la masse musculaire, des fruits, des légumes, des fibres et une boisson abondante.

Sources

Un article du New York Times : http://newoldage.blogs.nytimes.com/2013/06/21/learning-to-spot-frailty/?emc=tnt&tntemail0=y

et pour aller (beaucoup) plus loin :

http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=204046

Frailty in Older Adults JAMA. 2006;296(18):2280. doi:10.1001/jama.296.18.2280

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1525861013001825

Journal of the American Medical Directors Association Volume 14, Issue 6, June 2013, Pages 392–397

Ajout de Bernard Pradines :

A noter que les définitions de la fragilité varient selon les pays. Dans tous les cas, cet état intéresse toutes les personnes concernées, leur entourage et les soignants dans la mesure où il est une porte d'entrée supposée vers la dépendance.

Partager cet article
Repost0

La solitude affecte le cerveau

Publié le par Papi

La solitude affecte le cerveau

Les auteurs d’une étude récente réalisée aux Pays-Bas ont suivi plus de 2000 personnes âgées ne présentant aucun signe de démence. Ils ont découvert que 13 % de celles qui se plaignaient de solitude présentaient des signes de démence trois ans plus tard, alors que le pourcentage tombait à 6 % pour celles qui n’étaient pas coupées de la société.

Commentaire de Bernard Pradines : des données concordantes viennent confirmer cette tendance : la solitude serait corrélée avec le risque de voir apparaître une démence. De là à établir un lien simple de cause à effet, il y a un pas que je ne franchirai pas. La causalité inverse, en particulier, peut être incriminée. Toutefois, une attention particulière doit être portée aux personnes isolées, en particulier à celles qui éprouvent la solitude. Un bémol à cette affirmation : on peut souffrir de solitude sans être isolé et être isolé sans souffrir de solitude. L’avenue commune pourrait-elle être la dépression, que l’on soit seul ou en groupe ? En effet, la dépression peut accompagner les débuts des démences et elle est accusée, si elle se prolonge, de favoriser leur survenue.

Sources :

Partager cet article
Repost0

<< < 10