Ne pas changer la pile d’un pacemaker : suicide médicalement assisté, euthanasie ou ni l’un ni l’autre ?

Publié le par Papi

Ne pas changer la pile d’un pacemaker : suicide médicalement assisté, euthanasie ou ni l’un ni l’autre ?

La réponse doit être recherchée dans les intentions qui conduisent à la prise de décision. Cherche-t-on à abréger les souffrances du malade en lui ôtant la vie ou cherche-t-on à respecter sa volonté d’interrompre un traitement dont il ne désire plus bénéficier ? La mort peut survenir, mais on n’a pas cherché à la provoquer.

Le problème a été abordé par de nombreuses associations de professionnels de la médecine (voir sources) qui ont souligné un certain nombre de points clés :

1 – un malade en pleine possession de ses moyens intellectuels a le droit de refuser ou de demander l’interruption d’un traitement, même s’il n’est pas en phase terminale, même si cette décision le conduira à la mort.

2 – Si le patient n’est plus en état de prendre une décision, on devra se tourner vers les directives anticipées ou vers la / les personnes de confiance.

3 – Le droit de refuser ou de demander l’interruption d’un traitement médical est global et ne saurait s’appliquer à une catégorie de traitements particuliers.

Sources :

GeriPal - Eric Widera

- HRS Expert Consensus Statement on the Management of Cardiovascular Implantable Electronic Devices (CIEDs) inpatients nearing end of life or requesting withdrawal of therapy

Rachel Lampert, MD  et al

http://www.heartrhythmjournal.com/article/S1547-5271%2810%2900408-X/pdf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Ah! Voilà bien une belle question d'école ! Répondre trop vite consisterait à faire de la morale. Alors prudence...<br /> La liberté de l'individu gagne du terrain et se teinte d'une couleur libertaire à l'anglo-saxonne. Nous nous éloignons de la conception kantienne qui consiste à trouver une réponse universalisable. <br /> Mon corps m'appartient-il ?
Répondre
C
quand chan<br /> ge - t - on la pile d'un pace- maker?
P
Je reprends un point précis de cette publication : en France, il n'est possible de désigner qu'une seule personne de confiance.
Répondre
B
Bonjour Christiane,<br /> Affaire de spécialité : cardiologie.