Une direction démotivée : un risque pour la qualité de l’accompagnement (1/4)

Publié le par Bernard Pradines

Il n’est pas difficile de distribuer des bons et des mauvais points, envers d’autres et envers soi-même. Une carrière en Soins de Longue Durée (anciens Long Séjour) en fournit de nombreuses occasions.

La qualité de l’accompagnement des personnes âgées dépendantes est un souci de tous ceux, proches ou professionnels, qui sont directement concernés par ce moment particulier de la vie.

Si la direction de l’établissement est lointaine, ne vient jamais sur le « terrain », se contente de réunions entre soi et de notes de service, il ne faudra pas s’étonner du résultat. 

Si l’on vous présente la gériatrie comme un lieu qui n’est pas un service « actif », voire une sorte de « placard » ou même une punition pour les personnels qui y sont affectés, ne soyez pas surpris des conséquences. 

Si l’on s’emploie à diviser « d’en haut » vos collaborateurs et à combattre tout travail d’équipe, tout rapprochement considéré comme un « bloc » à dissoudre.

Alors, vous avez raison de vous poser quelques questions sur la motivation de votre établissement jusqu’au plus haut niveau de sa hiérarchie.

Dans les trois articles suivants, j’aborderai d’autres aspects d’une gestion calamiteuse et les bienfaits de l’implication des responsables médicaux, paramédicaux et infirmiers dans la qualité des accompagnements.

Lien ci-dessous vers le texte complet sous ce titre :

Publié dans EHPAD, SLD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article