Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un défi contre soi-même

Publié le par Bernard Pradines

Image issue du site : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10645363/fr/groupement-de-texte-sur-la-maxime-connais-toi-toi-meme-/-gnothi-seauton

Image issue du site : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_10645363/fr/groupement-de-texte-sur-la-maxime-connais-toi-toi-meme-/-gnothi-seauton

Comprendre la situation des personnes âgées vulnérables est un défi considérable. Il s’agit d’apprécier des dimensions parfois très techniques comme celle de la tarification des établissements d’hébergement et de soins, ou encore les aides financières au maintien à domicile.

Passons sur la profondeur historique, sociologique, culturelle, politique, psychologique qui est indispensable pour s’approcher d’autrui vieillissant dans une collectivité telle que définie dans un pays à un moment donné.

Au point que l’on peut affirmer sans sourciller que personne n’est capable d’avoir une vue globale satisfaisante. Sans parler des projections souhaitables pour la définition d’un « monde d’après » enviable pour ceux qui entament la dernière période de leur vie. Savoir analyser et s’exprimer est un exercice difficile qui n’est pas donné à tout le monde.  Oublions aussi la retenue de la défense des âgés quand la jeunesse éprouve de telles difficultés face à la pandémie actuelle.

Non, je veux vous dire deux mots du plus grand obstacle : celui de notre vécu personnel avec les gens âgés, vivants ou morts, de notre famille. Une expérience qui nous réjouit, qui peut aussi nous accabler mais qui nous fait d’abord voir la généralité de la vieillesse sous un prisme affectif, personnel, intime. Au point de jouer le rôle de l’arbre qui cache la forêt. Qui échappe à la considération suivante : « par exemple me mère, mon père » ? Phrase citée au hasard, bien sûr.

Pour surmonter cet obstacle, ou au moins pour le réduire, il faut des années d’écoute attentive et bienveillante de nombreuses situations diverses. Un défi pour les bénévoles et les professionnels. Un défi contre soi-même.

Publié dans aidants, famille, éthique, visite

Partager cet article
Repost0

Savoir changer d’avis

Publié le par Bernard Pradines

Savoir changer d’avis

L’évolution scientifique est un long parcours semé d’embûches. Les déductions de la phase III peuvent s’avérer discutables en phase IV (post-AMM) voire aboutir à des conclusions inverses. C’est ce qui se dessine avec le vaccin ChAdox1 nCoV-19 d’AstraZeneca.

L’urgence actuelle est telle que l’on continue à proposer cette immunisation malgré des effets indésirables certes rares mais dont le mécanisme physiopathologique est encore hypothétique, la thrombocytopénie induite par l’héparine (TIH) représentant actuellement le modèle le plus abouti [1]Surtout, leur survenue est imprévisible en l’absence de facteur de risque clairement identifié.

Cet épisode pose un autre problème plus général : celui de l’information du public sur les effets indésirables des thérapeutiques proposées. Il y va du consentement libre et éclairé qui est un des fondements de l’éthique soignante. D’aucuns prétendent que l’on devrait comparer les effets adverses observés ici avec l’incidence de ceux observés avec un autre vaccin. Pourquoi pas ? Et de nous faire considérer la balance bénéfice-risque largement en faveur de tous les vaccins proposés.

De là pourrait-on déduire deux attitudes possibles : se taire sur tous les effets indésirables ou bien les publier tous. Si nous voulons vraiment nous conformer au principe éthique énoncé ci-dessus, le choix devrait être facile.

Publié dans Covid-19, thérapeutiques

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>