Veiller aux besoins d’assistance des seniors

Publié le par Louis Lacaze

Veiller aux besoins d’assistance des seniors

Rien n’indique que la pandémie du Covid-19 soit derrière nous. Continuons à nous préparer à l’éventualité d’un nouveau confinement sans négliger les conséquences du précédent.

 

L’isolement présente de nombreux problèmes pour les séniors fragiles atteints de polypathologies chroniques. Ils ont du mal à s’adapter aux contraintes qui viennent altérer le rythme de leur vie quotidienne. La solitude et la dépression qui les guettent ne représente que la partie émergée de l’iceberg. Par exemple, le changement de nourriture imposé par les contraintes du confinement peut entrainer des complications cardiaques. Le manque d’exercice physique a pour conséquence une baisse des capacités de déplacement qui peut conduire à des chutes. Les personnes les plus âgées, fragiles, présentant des déficits cognitifs, auront moins de réserves si leur homéostasie est menacée.  Si leur état de santé s’aggrave, elles seront désorientées par les nouvelles procédures de consultation et s’abstiendront, fatalistes, de rencontrer leur médecin.

 

Diverses organisations en particulier les CCAS doivent coordonner leurs efforts pour identifier et ensuite aider les personnes à risque, contacter un membre de la famille, un voisin, un ami pour les suivre. Comment se procurent-elles de la nourriture ? Peuvent-elles la préparer ? Portent-elles leur appareil auditif ? Si elles utilisent un ordinateur qui peut les initier à Skype ? L’isolation sociale provoque des dégâts considérables sur les fonctions mentales aussi bien que physiques. Nous devons garder à l’esprit que dans les circonstances actuelles la population âgée est particulièrement vulnérable. La société doit se préparer à relever le défi auquel les seniors peuvent être à nouveau confrontés.

 

Source :

Steinman MA, Perry L, Perissinotto CM. Meeting the Care Needs of Older Adults Isolated at Home During the COVID-19 Pandemic [published online ahead of print, 2020 Apr 16]. JAMA Intern Med. 2020;10.1001/jamainternmed.2020.1661. doi:10.1001/jamainternmed.2020.1661

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

R. 04/08/2020 12:31

Les CCAS sont débordés et manquent totalement de moyens pour faire face ...

Même les bénévoles d'associations ne font plus face !

... A force de démanteler les Services Sociaux. C'est dramatique sur le terrain.

04/08/2020 14:38

Louis Lacaze
On ne va tout de même pas jeter le bébé avec l'eau du bain.
Je ne connais pas la situation dans les métropoles où l'anonymat général fait certainement des ravages mais dans les villes moyennes et les villages les municipalités font leur possible pour prendre la relève de l’État défaillant. Recensement des personnes à risque auprès des médecins, pharmaciens, infirmières, ADMR et déclarations spontanées de voisins. Suivi régulier des personnes signalées. Et tout ceci avec la plus grande humilité et une discrétion absolue. Bien des héros de tous les jours n'auront pas de médaille.