Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un sujet que les docteurs n’abordent que trop rarement

Publié le par Papi

Une nouvelle résidente vient d’arriver de l’hôpital. L’oncologue lui dit que le moment est venu d’arrêter la chimiothérapie. Il ne dit pas que le cancer n’est pas guérissable et que la fin est proche. Le personnel de l’EHPAD ou de l’USLD devra assumer cette situation.

On peut reprocher à certains médecins leur manque de franchise. Il faut noter qu’ils ont été surtout formés pour sauver des vies. Les familles ont aussi une part de responsabilité. Elles ne cherchent pas à voir la réalité en face.

Des solutions existent. On peut exposer au docteur ce qu’on aimerait savoir. Lui demander comment la situation va évoluer, et à quelle vitesse, quels soins palliatifs pourront être apportés. Il n’est pas interdit de prononcer le mot « mort ». De nombreuses études montrent que dire la vérité au malade et à la famille n’a pas d’effets négatifs. Au contraire.

Extrait de l’article A Conversation Many Doctors Won’t Have publié dans le NewYork Times du 16.11.2011.

http://newoldage.blogs.nytimes.com/2011/11/16/a-conversation-many-doctors-wont-have/?ref=hospicecare

Partager cet article
Repost0

Mourir avec ou mourir de ?

Publié le par Bernard Pradines

Voilà bien la question. Il est difficile d'affirmer désormais qu'une personne âgée est décédée d'une maladie précise. Si l’on considère les personnes relativement jeunes et souffrant d'une pathologie cancéreuse ou cardiovasculaire létale isolée, il est encore possible d'être péremptoire. Sinon, le certificat de décès est devenu un confetti bleu dans lequel j'ai toujours eu un mal fou à caser les facteurs contributifs du décès. Autant dire que le modèle de Bouchon, ceux de la cascade ou plus trivialement du « château de cartes » ont de beaux jours devant eux. Autrefois naturelle, la cause de la mort est devenue un multiple casse-tête polypathologique, voire thérapeutique. Le modèle de Bouchon est malgré tout le plus opérant et surtout le plus pédagogique envers des familles et des proches qui ne se satisfont plus d’une explication sommaire : il faudra alors détailler le vieillissement, les pathologies chroniques et les facteurs précipitants (dits aussi « de décompensation ») qui doivent désormais être décrits point par point.

Publié dans fin de vie

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>