Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

dignite

Neutralisation de l’éthique

Publié le par Bernard Pradines

Imgae issue du site : https://www.petitsfreresdespauvres.fr/informer/nos-actualites/7-idees-recues-sur-les-personnes-agees-en-prison

Imgae issue du site : https://www.petitsfreresdespauvres.fr/informer/nos-actualites/7-idees-recues-sur-les-personnes-agees-en-prison

Coup de sang de la contrôleure des prisons le 18 mai 2021 à propos de détenus âgés vivant ou plutôt survivant dans des conditions indignes.

https://www.francetvinfo.fr/societe/prisons/centre-de-detention-de-bedenac-la-controleure-des-prisons-denonce-des-traitements-inhumains-et-degradants_4627261.html

Au long de ma carrière médicale, je fus surpris par le cloisonnement parfois obstiné entre les diverses disciplines : médecine, psychologie, sociologie, politique, etc.

Sous le prétexte constant de ne pas mélanger les genres, il peut apparaitre incongru d’émettre une opinion quelconque sur notre société au nom d’une impartialité à conserver. Un diagnostic neutralisé donc.

Ainsi, j’attends avec impatience la position des divers comités d’éthique face à un scandale qui ne peut s’expliquer que par la volonté de vengeance à l’égard des détenus, par la punition érigée comme une valeur positive. L’Ordre des Médecins ne restera certainement pas insensible à cette situation. De même, cette maltraitance institutionnelle n’échappera pas à toutes les associations qui dénoncent les négligences à l’égard des anciens.

Merci à toutes celles et tous ceux qui feront preuve de courage.

Partager cet article
Repost0

Accueil des patients LGBT en milieu hospitalier

Publié le par Louis Lacaze

Accueil des patients LGBT en milieu hospitalier

« Elle est mourante et je ne peux pas dire que nous sommes mariées », tel est le titre d’un article publié dans un journal de gérontologie qui énumère les obstacles rencontrés par les séniors LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) à l’hôpital.  Ils forment moins de couples officiels que les hétérosexuels, ont davantage de problèmes financiers non amortis par une vie en couple reconnue officiellement, par la présence d’enfants ou le soutien d’une famille qui souvent les rejette.

La communauté LGBT comprend tout un éventail d’individualités différentes qu’il est impossible de répertorier dans les formulaires classiques, le premier obstacle étant quelle case cocher, masculin ou féminin. Le personnel soignant, à tous les niveaux, doit être en mesure de connaitre l’identité sexuelle de chaque patient, de poser une question double : comment peut-on vous classer par genre, masculin ou féminin, quelle est votre identité sexuelle ? Les formulaires d’admission gagneraient à contenir un espace libre où le patient pourrait s’identifier avec ses propres mots, indiquer l’identité des personnes importantes pour lui qui seraient assimilées à une famille légitime.

Assouplir d’un coup de baguette magique la rigidité des dossiers médicaux, débarrasser le personnel de santé de tous les préjugés éventuels qu’il peut nourrir contre un patient LGBT pour le placer dans l’espace sécurisant d’une grande famille, ouvrir les cœurs et les esprits n’est pas un rêve inaccessible.

Commentaires de Bernard Pradines : merci encore à Louis Lacaze de nous soumettre des articles originaux. Bien que les législations puissent être différentes selon les pays, les LGBT peuvent être une « terra incognita » pour la plupart des soignants. S’il est encore un domaine qui se prête à une formation complémentaire, c’est bien aussi celui-ci.

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>