Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ehpad

Une révolution ?

Publié le par Bernard Pradines

Une révolution ?

On lit ceci sous la plume d’Yves Mamou sur le site "AgeVillage" le 29 juillet 2013.

La commission (CNCDH : commission nationale consultative des droits de l’homme) réitère avec force que le « consentement éclairé » de la personne âgée soit obtenue au moment de son entrée en EHPAD. Et pour garantir la liberté d’aller et de venir, « la CNCDH préconise d’élargir la compétence du contrôleur général des lieux de privation de liberté aux EHPAD afin de veiller au respect des droits fondamentaux des personnes âgées ».

Mon commentaire :

Le consentement éclairé en vue et lors de l'entrée en établissement serait une révolution. Si le principe d'autonomie était ainsi appliqué, notre société aurait effectué un pas de géant qui pourrait se traduire par la fin d'une contrainte courante. La pression sur les familles et les services d'aide à domicile serait alors sans commune mesure avec la situation actuelle. Nous devrions admettre une notion essentielle et peu débattue du choix de la fin de la vie. Pas celle de l'euthanasie ou du suicide assisté, serpents de mer mille fois discutés surtout d’un point de vue ontologique. Non, il s’agit ici de la liberté risquée de rester chez soi. Si je me fonde sur mon expérience, il s’agit bien d’une préoccupation des personnes âgées qui dépasse de loin en fréquence celle des modalités de leur décès. Qui aura le courage politique de toucher à un parcours de vie obligé, inscrit dans les changements profonds et récents des structures sociétales ?

Publié dans EHPAD, consentement, autonomie, choix

Partager cet article
Repost0

Une démocratie embryonnaire

Publié le par Auguste

Les « résidents » entrent en institution le plus souvent contre leur gré. Les familles sont culpabilisées car elles ne peuvent pas ou ne peuvent plus garder la personne âgée au domicile. Tous sont préoccupés par le tarif des établissements dont les principaux intéressés honorent une bonne moitié des frais de fonctionnement. Cette situation est d’autant plus inquiétante que les retraites moyennes sont loin de couvrir le « reste à charge ». Il semblerait donc normal que l’institution publie ses comptes pour apaiser le sentiment qu’elle est hors de prix, autrement dit que cette dépense n’est pas justifiée.

Se contenter de vendre ou d’acheter un service ne correspond pas aux aspirations qui émergent en termes d’information et de participation. L’implication des acteurs est un défi majeur dans les années à venir.

Le Conseil de la Vie Sociale pourrait contribuer à cette évolution. Encore faudrait-il qu’il existe, qu’il soit informé et qu’il soit impliqué. Une longue route devant nous.

Publié dans EHPAD, SLD

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 30 40 50 60 61 62 63 64 65 > >>