Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

suicide assiste

Lois, personnes âgées vulnérables et vie privée

Publié le par Bernard Pradines

Lois, personnes âgées vulnérables et vie privée

Par les temps qui courent, riches en lois et projets de lois concernant la vie privée, une réminiscence d’autres débats se fait jour : surtout ceux concernant l’IVG et le mariage pour tous. Pourtant, tout n’est pas comparable. Pour ma part, je suis étonné par une contradiction : d'une part la lucidité du rapport entre le marché et la prostitution qui amènerait à pénaliser le « client » pour la marchandisation du corps féminin. D'autre part, l'absence de discernement de la relation entre le marché et l’officialisation éventuelle du suicide assisté et de l'euthanasie, situation qui encouragerait insidieusement les personnes « inutiles » et « coûteuses » à bien vouloir nous quitter de leur propre chef.

Un risque que Marie de Hennezel décrit admirablement dans son dernier ouvrage. Il est vrai que le lien est moins évident dans ce dernier cas, ou plutôt moins direct que dans le domaine de la prostitution. Intéressant aussi de pointer que le législateur se préoccupe de plus en plus de la vie privée au nom de l'autonomie de l'individu. Avec l'aspect positif inhérent aux soucis pour la protection de la personne. Mais souvent avec la cécité sur le fait qu'il ne s'agit que d'une maigre défense face à l’abandon de l'individu à son sort dans un monde qui le nie au nom du marché.

http://www.amazon.fr/Nous-voulons-tous-mourir-dignit%C3%A9-ebook/dp/B00BSR8HKY/ref=sr_1_3?ie=UTF8&qid=1385284710&sr=8-3&keywords=hennezel

Partager cet article
Repost0

Un glissement éthique dangereux

Publié le par Bernard Pradines

Au cours des formations aux soins palliatifs, je procède à un test cruel qui consiste à proposer aux stagiaires un questionnaire sur les articles de la loi Leonetti. Les résultats sont fort intéressants mais nous montrent l'immense chemin à parcourir.

Pire, j'ai assisté récemment à une conférence par un professeur de Droit qui est venu à Albi nous expliquer la loi Leonetti. Aïe !

La palme revient pourtant à la précédente secrétaire d'Etat qui voulait défendre la loi en utilisant des arguments ... faux.

C'est peu dire que la loi est mal connue. Sujet passionnel, elle fait l’objet de toutes sortes d'interprétations en fonction de l'exégèse que l'on en fait. Je comprends mieux le casse-tête de l'exégèse biblique ou coranique quand je vois le volume de ces ouvrages alors que la loi Leonetti ne tient, décrets d'application compris, qu'en quelques pages. Et qu'elle est écrite en langue moderne.

Le plus gros risque, actuellement, me semble être un glissement éthique insensible car progressif vers l'abandon thérapeutique sous couvert de "non-acharnement thérapeutique" en considérant que l'obstination déraisonnable, involontaire, existe encore bel et bien.

Un vent mauvais souffle sur le coût de la fin de la vie par ces temps de crise économique dont l’ancien directeur du FMI nous dit qu'elle va encore s'aggraver. S'appuyant sur des exceptions qui posent des problèmes très précis qu'aucune loi ne pourra régler, des donneurs de leçon prônent euthanasie et suicide assisté à mots couverts. Les belges font encore plus fort : faut-il légaliser l'euthanasie des patients déments ?

Si l’on s'oppose à ces propos dangereux, on est suspect d'être un traditionaliste religieux anti-IVG et/ou un fanatique du pouvoir médical ou encore un scientiste inconséquent.

Malheur : ce satané Karl Marx avait-il vraiment raison quand il nous racontait le lien invisible entre économie et idéologie ?

Partager cet article
Repost0

<< < 10 20 21 22 > >>