Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendre sa maison pour payer l’EHPAD

Publié le par Bernard Pradines

Image issue du site : https://www.habitatconcept.fr/modeles-de-maisons/maison-individuelle-habitat-concept-39

Image issue du site : https://www.habitatconcept.fr/modeles-de-maisons/maison-individuelle-habitat-concept-39

Le rapport Libault[1] nous apprend « qu’environ 40 % des plus de 70 ans ont des revenus et un patrimoine financier leur permettant de faire face à une dépendance longue en EHPAD (6 ans) et que cette proportion dépasse 75 % si l’on intègre le patrimoine immobilier. »

Traduits en mots habituels, cela signifie que trois-quarts des personnes de plus de 70 ans en France peuvent régler la facture de leur EHPAD pendant 6 ans à condition de vendre leurs biens immobiliers.

Outre le fait que la dépendance a souvent le mauvais goût de durer davantage que 6 ans, il convient de rappeler le déchirement, le crève-cœur que représente la vente de sa maison, ce qui veut dire l’impossibilité de la léguer à sa famille.

Personnellement, je n’ai jamais vu un résident vendre de lui-même sa maison sans y être contraint.

A ce propos, GérontoLiberté a évoqué le caractère dévastateur de cette obligation :

Partager cet article
Repost0

Personnes âgées : vélo à assistance électrique (VAE) ?

Publié le par Bernard Pradines

Personnes âgées : vélo à assistance électrique (VAE) ?

Article paru sur AgeVillage le lundi 26 août 2019 :

En septembre 2016, je me rends acquéreur d’un VAE. Ce nouveau mode de déplacement comporte de nombreux avantages : exercice physique dosable à merci du fait de la pente ou de la température atmosphérique, possibilité d’atteindre des lieux élevés inaccessibles à celles et ceux dont la condition physique n’est plus de toute jeunesse, capacité d’emport plus importante. Le renoncement à tout exercice physique est le fait de près de deux tiers des français âgés ; le développement du VAE peut s’inscrire dans une politique de prévention de la sédentarité et du maintien des relations sociales.

Il existe pourtant des revers à la médaille. Le risque d’accident de la voie publique à bicyclette est bien connu chez les personnes âgées, ce mode de locomotion se disputant la première place au palmarès de l’accidentologie avec le fait d’être un piéton dans cette population. La faible disponibilité des pistes cyclables dans notre pays est en partie responsable d’une relative désaffection pour les deux roues sans moteur thermique. Sa vitesse relative peut surprendre les autres usagers de la route. L’autonomie de ces bicyclettes laisse encore à désirer pour le plus audacieux d’entre nous. Parmi les autres inconvénients figurent aussi le prix de la machine et de son entretien moins simple.

Un autre obstacle m’a été signalé de manière récurrente. Des personnes âgées, familiarisées aux vélos habituels, se sont laissé surprendre lors de la mise en route du moteur électrique. Une impulsion qui les a propulsées vers … la chute. Ainsi peut-on conseiller, avec l’un des concessionnaires, de démarrer sans assistance et de n’utiliser celle-ci qu’une fois en mouvement, de préférence en ligne droite. Par ailleurs le risque n’est pas nul, en particulier dans un virage à droite ou dans une intersection, de se voir projeté du côté opposé de la voie normale de circulation. Une attention particulière sera donc portée lorsque l’on tourne à droite, en particulier vers une rue étroite (voir schéma ci-dessous). A noter que, dans ce cas, cesser de pédaler interrompt l'action du moteur.

Seule l’habitude de ce mode de propulsion pourra faire déroger à ces précautions initiales.

Personnes âgées : vélo à assistance électrique (VAE) ?

Commentaires de Louis Lacaze : 

Quelques réflexions après mon achat d’un VAE.

D’abord voir le choix offert sur le plan local, un service après-vente qualifié étant indispensable. Un petit cours de conduite est généralement proposé.

Il est bon de rappeler que la qualité se paie. Les premiers prix sont en fait des vélos jetables à durée de vie souvent décevante.

Les moteurs et batteries de marque Bosch et Yamaha sont un gage de qualité et de fiabilité.

Plus la batterie est basse (sur le cadre et non sur/sous  le porte-bagage) plus le vélo est stable.

Les freins à disques hydrauliques n’ont pas fait disparaître les freins à patins moins chers, toujours valables.

L'assistance n'agit que lorsqu'on pédale. Sur un vélo bas de gamme le degré est fixe et le vélo donne l’impression de vouloir s’échapper entre vos jambes. Exiger une assistance évolutive, elle calcule la pression que vous exercez sur les pédales,  la vitesse du vélo, son efficacité sera progressive.

Avant de partir penser au casque et à un gilet fluo qui vous rendra bien visible aux automobilistes.

Une fois sur la route faire son apprentissage sur une route tranquille. Démarrer, freiner, repartir, passer les vitesses.

Souvent les côtes contraignent les seniors à laisser leur vélo classique au garage et peuvent fortement limiter leur liberté de mouvement. Un vélo électrique est un excellent antidote de la solitude.

Pour en savoir davantage :

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 > >>