Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prévention de la douleur

Publié le par Bernard Pradines

Rappel : GérontoLiberté aimerait mieux vous connaître pour mieux répondre à vos attentes : http://goo.gl/forms/3XYpKko8My

Prévention de la douleur

Un outil de mesure du risque de fracture à connaître : le FRAX

http://www.shef.ac.uk/FRAX/tool.jsp?lang=fr

Partager cet article
Repost0

Est-ce une démence ? Laquelle ?

Publié le par Papi

Est-ce une démence ? Laquelle ?

Rappel : GérontoLiberté aimerait mieux vous connaître pour mieux répondre à vos attentes : http://goo.gl/forms/3XYpKko8My

Le Dr Murali Doraiswamy, spécialiste connu pour ses recherches sur le cerveau âgé regrette d’avoir souvent à confirmer les craintes des familles quand il reçoit un patient présentant des signes de démence. Il estime que les médecins qui soupçonnent la maladie d’Alzheimer sont dans le vrai pour 50 ou 60 % des cas et que environ 25 % des patients souffrent d’autres  formes de démence. Traiter les 15 à 25 % des autres cas peut conduire sinon à la guérison du moins à une amélioration de leur état. Seuls des professionnels peuvent établir les différences entre ces catégories.

Par exemple, si les changements de comportement se sont manifestés brutalement, il ne s'agit pas d'un cas classique de pathologie dégénérative. On doit chercher ailleurs.

La liste des étiologies pouvant déclencher l’apparition de signes rappelant la démence (pseudo-démences) est très longue. Le Dr Doraiswamy cite parmi les causes principales la dépression, l’anxiété, une hypothyroïdie, un déficit en vitamine B1 ou B12, l’alcoolisme, certains médicaments délivrés sur ordonnance ou en vente libre. S’il recommande que ces recherches ne soient pas négligées, il insiste pour que les familles soient bien conscientes que malheureusement, la plupart du temps, le diagnostic de démence est confirmé.

Source :

 Is It Really Dementia?   http://newoldage.blogs.nytimes.com/2014/10/21/is-it-really-dementia/?_php=true&_type=blogs&emc=edit_tnt_20141021&nlid=67268624&tntemail0=y&_r=0

Commentaire personnel du texte ci-dessus (B. Pradines) : il convient de ne pas "laisser passer" une tumeur intracrânienne ou un hématome,  d’où l’intérêt de l'imagerie encéphalique. Dans mon enquête en 2011 auprès des consultations mémoire françaises (30 réponses), la dépression était le diagnostic différentiel le plus souvent rapporté. A noter que le terme de confusion prend un sens différent aux USA et en France. Chez nous, il s'agit d'un état confusionnel d’apparition relativement brutale et potentiellement réversible. Enfin, d'autres diagnostic différentiels moins fréquents ne sont pas évoqués ici, tels que certaines pathologies infectieuses.
Partager cet article
Repost0