Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

depression

Jeux d’argent - des seniors vulnérables

Publié le par Louis Lacaze et Bernard Pradines

Jeux d’argent - des seniors vulnérables

Un groupe de chercheurs britanniques a voulu savoir s’il existait chez les seniors une corrélation entre l’addiction aux jeux d’argent et une éventuelle fragilité physique, une douleur chronique, la solitude ou un état dépressif.

 

 Ils ont pu interroger 595 seniors âgés de 65 à 94 ans dont l’âge moyen était de 74,4 ans. Ces derniers ont été soumis à des batteries de tests classiques visant à mesurer les niveaux de leurs éventuels handicaps et une possible corrélation avec leur participation aux jeux d’argent.

 

Les résultats de l’étude ont montré une nette addiction chez 16% des participants, de haut niveau chez 7.6% des sujets. La solitude peut être à elle seule inductrice de l’addiction aux jeux. Contrairement à l’hypothèse de départ la dépression isolément n’a pas eu d’effet observable. Les effets de la fragilité physique et de la douleur chronique, relativement modestes mais statistiquement significatifs, en sont responsables par le biais de la dépression et de l’anxiété (voir schéma ci-dessous). Ainsi, l’incapacité de gérer les troubles accompagnant le vieillissement, l’impossibilité de lutter efficacement contre l’isolement et la dépression peuvent provoquer un échappatoire  vers le jeu de hasard. Selon l’étude, cette évasion n’entraine pas d’effets inquiétants dans la grande majorité des cas. Dans ce contexte, elle apporte évasion, stimulation, excitation, un moyen d’échapper à la solitude et aux états dépressifs.

 

Sur un plan pratique, lutter contre cette addiction au jeu suppose une recherche des motivations profondes et des solutions de correction visant à créer un environnement rassurant et stimulant qui font défaut à ces personnes âgées.

 

Schéma (cliquer pour agrandir l'image ci-dessous) extrait de la publication publique et gratuite référencée ci-dessous.

Pour les non anglophones :

Pain : douleur

Frailty : fragilité

Loneliness : solitude

Gambling : jeu de hasard

Mécanismes aboutissant à l’addiction aux jeux de hasard évoqués par Parke et al en 2018.

Mécanismes aboutissant à l’addiction aux jeux de hasard évoqués par Parke et al en 2018.

Source

 

Parke A, Griffiths M, Pattinson J, Keatley D. Age-related physical and

psychological vulnerability as pathways to problem gambling in older adults. J Behav Addict. 2018 Mar 1;7(1):137-145.

 

Publication complète de Adrian Parke et al :

Age-related physical and psychological vulnerability as pathways to problem gambling in older adults

Partager cet article
Repost0

La dépression chez les seniors semble liée au risque de chutes

Publié le par Louis Lacaze et Bernard Pradines

La dépression chez les seniors semble liée au risque de chutes

Le Dr Geoffrey Hoffman, professeur à l’école d’infirmières de l’université du Michigan a dirigé une étude portant sur 7 200 personnes de plus de 65 ans. Ces travaux ont révélé qu’une légère progression des symptômes dépressifs augmentait de 30% le risque de chutes dans les deux années suivantes mais que, lorsque la dépression était traitée de manière correcte, la corrélation devenait non significative.

L’auteur de l’étude pense que les médecins doivent peser les risques et les avantages d’un traitement par psychotropes, se montrer très prudents dans leurs prescriptions et le choix des dosages des tranquillisants, des antidépresseurs et des anxiolytiques chez les seniors.

Il est rappelé que les chutes des seniors coûtent très cher à la société, que la moitié des admissions dans un établissement d’accueil surviennent après une chute. Environ un tiers des Américains de plus de 65 ans sont victimes  d’une chute tous les ans et 10% n’en sortent pas indemnes.

Commentaires de Bernard Pradines : la dépression est connue pour être inductrice de chutes. Les médications utilisées contre cette pathologie sont elles aussi accusées du même effet. Ceci dit, une autre question peut se poser, rarement abordée : les chutes seraient-elles inductrices de dépression ? Cela ne semble pas le cas dans la publication ci-dessus, la causalité étant à sens unique ;  l’augmentation des symptômes dépressifs précèderait de quelques mois l’augmentation de la  fréquence des chutes qui ne seraient donc pas responsables de l'apparition des signes dépressifs, au moins dans le cadre de l’étude citée. Pour compliquer un peu le propos, il est permis de penser que des facteurs associés et confondants tels que la douleur et la fatigue peuvent venir troubler la relation duelle entre dépression et chutes.

Source :

Crowe M, Jordan J, Gillon D, McCall C, Frampton C, Jamieson H. The prevalence of pain and its relationship to falls, fatigue, and depression in a cohort of older people living in the community. J Adv Nurs. 2017 May 5.

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>