Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ehpad

Une direction démotivée : un risque pour la qualité de l’accompagnement (4/4)

Publié le par Bernard Pradines

Il n’est pas difficile de distribuer des bons et des mauvais points, envers d’autres et envers soi-même. Une carrière en Soins de Longue Durée (anciens Long Séjour) en fournit de nombreuses occasions.

Oui, il est possible de limiter les risques institutionnels envers la qualité des soins et de l’accompagnement des personnes âgées dépendantes et malades. Pour cela, il conviendrait d’améliorer la formation de l’ensemble des intervenants (« du balayeur au directeur ») et l’information des familles.

Il est possible d’écouter et de respecter des personnels qui sont soumis à rude tâche. Y compris dans leurs demandes considérées comme impossibles à satisfaire telles que l’augmentation nette du nombre des soignants : le fait que ceci ne semble pas réalisable n’invalide pas l’exactitude de cette requête.  Idem pour les personnes âgées et les familles : l’exigence de l’impossible fait partie intégrante des désirs humains. De plus, l’utopie de ce jour n’est-elle pas souvent la réalité de demain ? Si l’on en croit Théodore Monod, « l’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalité, l’utopie d’hier peut devenir la réalité. » Ceci n’empêche aucunement de dénoncer toute déviation éthique de quiconque sans succomber à la tentation d’utiliser les erreurs comme outils de gestion des personnels (http://free.geriatrics.overblog.com/les-erreurs-therapeutiques).

Il est possible de créer un climat de confiance entre les personnes considérées comme les principaux responsables de l’établissement : direction, médecins, cadres de santé (issus du monde infirmier). Encore faut-il avoir une conscience claire du retentissement délétère des conflits larvés et inexprimés et de l’absence de communication entre les divers acteurs. Encore faut-il être motivé pour le bien-être des personnes soignées. 

Nous, témoins d’une des formes de la faiblesse humaine, portons la lourde responsabilité de montrer ce que l’humanité peut faire, ici, de meilleur.

 

Lien ci-dessous vers le texte complet sous ce titre :

Publié dans EHPAD, SLD, erreurs

Partager cet article
Repost0

Une direction démotivée : un risque pour la qualité de l’accompagnement (3/4)

Publié le par Bernard Pradines

Il n’est pas difficile de distribuer des bons et des mauvais points, envers d’autres et envers soi-même. Une carrière en Soins de Longue Durée (anciens Long Séjour) en fournit de nombreuses occasions.

Si des actes de maltraitance bénéficient d’une couverture pudique : « pas de vague ».

Si le principal responsable administratif ne vous a parlé que deux fois en 18 ans et demi…

  • une première fois pour s’inquiéter d’une baisse de fréquentation de l’établissement préjudiciable à la gestion : la règle du « remplissage » maximum est inviolable. Vous avez dû le rassurer quant à ce phénomène lié à la baisse de la natalité lors de la première guerre mondiale.
  • une deuxième fois pour ordonner une évaluation censée aboutir au déclassement de votre service et à la réduction de ses effectifs en résidents et en personnels.

S’il est poli et chaleureux en public mais odieux par courriels, s’il ne vous adresse jamais la parole mais fait semblant de vous connaitre et s’efforce d’afficher une complicité factice lorsque vous vous trouvez ensemble en présence de tiers, si la mesquinerie est présente au point d’attribuer votre nom au numéro de téléphone d’une autre personne dans l’annuaire de l’établissement, s’il refuse votre présence dans une réunion de travail alors que vous êtes sollicité par les autres personnels soignants, ne cherchez pas sa motivation bienveillante pour les personnes âgées.

Alors, vous aurez raison d’avoir le courage de dénoncer ce type de dysfonctionnements préjudiciables aux personnes âgées. Tout-au-plus devrez-vous le faire dans des conditions où vous ne serez pas exposé(e) à la rétorsion des plus forts envers les plus faibles.

Dans l’article suivant, j’aborderai d’autres aspects d’une gestion calamiteuse et les bienfaits de l’implication des responsables administratifs, médicaux et paramédicaux dans la qualité des accompagnements.

Lien ci-dessous vers le texte complet sous ce titre :

Publié dans EHPAD, SLD

Partager cet article
Repost0