Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ehpad

Une direction démotivée : un risque pour la qualité de l’accompagnement (2/4)

Publié le par Bernard Pradines

Il n’est pas difficile de distribuer des bons et des mauvais points, envers d’autres et envers soi-même. Une carrière en Soins de Longue Durée (anciens Long Séjour) en fournit de nombreuses occasions.

Si une société est gênée par la nécessité de soigner des personnes âgées dépendantes, si elle s’interroge avec inconfort et perplexité sur le sens et donc sur les objectifs de cet accompagnement …

S’agirait-il ici :

  • d’acharnement thérapeutique ?
  • de dépenses inutiles qui pèsent sur une collectivité en crise économique et sociale ?

Ne sacrifierait-on pas des moyens humains et matériels autrement mieux employés pour la santé de personnes plus jeunes, plus rentables, auxquelles il est loisible de s’identifier ?

Entendu ici ou là pour compléter le tableau :

  • « Il vaudrait mieux être mort que dans cet état ! »
  • « On les fait vivre à coup de médicaments ! »
  • « Si je suis comme ça, faites-moi une piqûre ! »
  • « Tu as mis maman au mouroir ! »

Dans ces conditions, il ne faudra pas s’étonner que des gestionnaires se fassent fort d’afficher une avarice vertueuse dans un domaine aussi peu étincelant. Ceci d’autant plus qu’ils se sentent comptables des dépenses du contribuable et du cotisant. Ils voudront pour le moins ne jamais entendre parler de ces problèmes qui dérangent tout le monde.

Ainsi, vous pourriez apparaître incongru de vouloir relever le défi du grand âge sans vous lamenter d’abord sur les frais engagés ou sans faire montre de déclarations préliminaires dignes d’Harpagon.

Dans les articles suivants, j’aborderai d’autres aspects d’une gestion calamiteuse et les bienfaits de l’implication des responsables administratifs, médicaux et paramédicaux dans la qualité des accompagnements.

Lien ci-dessous vers le texte complet sous ce titre :

Publié dans EHPAD, SLD

Partager cet article
Repost0

Une direction démotivée : un risque pour la qualité de l’accompagnement (1/4)

Publié le par Bernard Pradines

Il n’est pas difficile de distribuer des bons et des mauvais points, envers d’autres et envers soi-même. Une carrière en Soins de Longue Durée (anciens Long Séjour) en fournit de nombreuses occasions.

La qualité de l’accompagnement des personnes âgées dépendantes est un souci de tous ceux, proches ou professionnels, qui sont directement concernés par ce moment particulier de la vie.

Si la direction de l’établissement est lointaine, ne vient jamais sur le « terrain », se contente de réunions entre soi et de notes de service, il ne faudra pas s’étonner du résultat. 

Si l’on vous présente la gériatrie comme un lieu qui n’est pas un service « actif », voire une sorte de « placard » ou même une punition pour les personnels qui y sont affectés, ne soyez pas surpris des conséquences. 

Si l’on s’emploie à diviser « d’en haut » vos collaborateurs et à combattre tout travail d’équipe, tout rapprochement considéré comme un « bloc » à dissoudre.

Alors, vous avez raison de vous poser quelques questions sur la motivation de votre établissement jusqu’au plus haut niveau de sa hiérarchie.

Dans les trois articles suivants, j’aborderai d’autres aspects d’une gestion calamiteuse et les bienfaits de l’implication des responsables médicaux, paramédicaux et infirmiers dans la qualité des accompagnements.

Lien ci-dessous vers le texte complet sous ce titre :

Publié dans EHPAD, SLD

Partager cet article
Repost0