Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ehpad

Attention fauteuil !

Publié le par Christiane Réal

Le choix des fauteuils doit être adapté aux besoins des personnes âgées dépendantes. L’entreprise commercialisant les fauteuils n’a pas obligatoirement effectué des tests avant la mise en vente. Une grosse commande groupée et inadaptée peut alors s’avérer catastrophique. Le risque de chute s’accroît. Exemple : si l’accoudoir est trop bas situé, une chute sur le côté devient possible, voire probable.

Les circonstances en sont bien connues ; la somnolence est liée à l’apathie, à la consommation de médicaments psychotropes ou encore tout simplement à l’asthénie dans un contexte fréquent de fatigue chronique. Il vaudrait mieux parler d’épuisement tant la station prolongée au fauteuil peut être accablante pour les plus vulnérables. Une autre raison habituelle en est tout simplement une hypotension orthostatique méconnue chez des patients qui ne sont plus soumis à leurs conditions de vie et à l’alimentation qui leur étaient coutumières ; pourtant, le traitement antihypertenseur n’a pas été forcément diminué pour autant. Dramatique quand on sait que le personnel ne peut pas surveiller en permanence les assoupissements dans les fauteuils.

Confronté à une fracture de l’extrémité  supérieure du fémur ou à toute autre lésion dans  de telles circonstances, il ne vous restera plus qu’à cacher ou à déformer la vraie cause auprès des familles.

Partager cet article
Repost0

Je veux rentrer chez moi !

Publié le par Louis Lacaze

Je veux rentrer chez moi !

Si dans tout établissement de séjour de longue durée tout comme au domicile actuel ce désir impératif revient régulièrement, il ne doit pas être pris forcément à la lettre. Soit la personne ne réalise pas où elle se trouve, soit elle exprime un sentiment de mal-être, une inquiétude, la recherche d’un environnement sécurisé.

Quelle attitude adopter ?

1 – Répondre « mais tu es déjà chez toi ! » à une personne atteinte de démence plus ou moins avancée qui n’a plus la capacité de raisonner sera inefficace.

2 – Répondre « tu aimerais bien être chez toi. Parle-moi de la maison ». Se contenter d’écouter.

3 – Rester agréable. Faire un petit tour à l’extérieur, à pied ou en voiture, et déclarer au retour : « ça y est, tu es chez toi. »

4 - Si la personne a occupé un certain nombre de domiciles, lui demander à quelle maison elle aimerait revenir et pourquoi. Un rappel de vieux souvenirs peut calmer les anxiétés.

5 – Eviter de culpabiliser. Si un vieux parent veut se retrouver ailleurs, ceci ne signifie pas que vous ne lui apportez pas toute l’attention nécessaire.

6 – Ne pas chercher à reconduire la personne à un ancien domicile qu’il a dû quitter. Un dément avancé ne reconnaitra pas les lieux, un dément léger ne se souviendra pas des raisons de son départ et se sentira désorienté.

7 – Souvent « la maison » signifie « quand j’étais petit ». On peut demander à la personne de raconter  ce qu’elle aimait faire quand elle habitait « chez elle ».

8 – Il est possible de « revenir à la maison » à partir de photos. « On ne peut pas revenir à la maison aujourd’hui mais on va regarder des photos. On ira à la maison une autre fois».

Source :

Partager cet article
Repost0