Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Directives anticipées : la grande bouderie.

Publié le par Bernard Pradines

Directives anticipées : la grande bouderie.

L’Institut National des Etudes Démographiques (INED) et l’Observatoire National de la Fin de Vie (ONFV) estiment à la fin de 2012 que « seuls 2,5% des patients concernés avaient rédigé des directives anticipées, comme l’autorise la Loi Leonetti. ». Et d’en déduire que « cela pose très clairement la question de l’appropriation des directives anticipées, à la fois par les patients et par les professionnels de santé. »

Pourquoi cette désaffection quant à la possibilité d’exprimer ses choix en vue de cette phase de la vie qui survient de plus en plus souvent au grand âge ? Qui plus est de manière plus progressive qu’autrefois ? Pourquoi nos contemporains n’utilisent-ils pas ce que le législateur présente comme une opportunité pour le patient actuel ou potentiel que nous sommes ?

Bien sûr, le déni de cette période redoutée peut être évoqué. La complexité des situations potentielles ne sera pas oubliée ainsi que leur caractère évolutif et souvent imprévisible. Le défaut d’information et d’accompagnement du public ou le manque de temps des médecins seront justement rappelés ainsi que l’insuffisante formation psychologique de ces derniers. La crainte de troubler -ou d’être troublé par- des personnes bien portantes ou malades ne sera pas ignorée. La confiance dans le système de santé joue aussi son rôle.

L’essentiel me semble résider ailleurs. Le législateur a voulu réaffirmer l’autonomie individuelle sur toute sa vie, probablement car il est un homme de pouvoir et de maitrise, peut-être parce qu’il vit ou observe la fragilisation de l’organisation familiale.

Pourtant, notre culture est profondément marquée par le rôle de notre famille, y compris si nous ne sommes plus en mesure de nous exprimer. Le citoyen « normal » fait encore majoritairement confiance à son entourage pour transmettre, sans formalisme, ses désirs ou son silence sur la fin de sa vie.

Publié dans fin de vie

Partager cet article
Repost0

Google supprimera-t-il la mort ?

Publié le par Papi

Google supprimera-t-il la mort ?

Google vient de créer une filiale qui a pour objectif de prolonger de façon très importante la durée de vie humaine. L'aboutissement logique de cette recherche serait-il l’immortalité ?

Si le thème a toujours occupé une place non négligeable dans la littérature - et la sorcellerie - – Google sort ouvertement du domaine de la fiction. Larry Page fondateur et PDG de Google explique sa position : plus on a d’argent et de cerveaux, plus on peut être ambitieux et plus on résoudra de problèmes. Grâce aux techniques d’information la médecine peut maintenant rassembler d’énormes quantités de données qui pourraient déboucher sur de nouvelles technologies.

Notons qu’aux Etats-Unis la vieillesse est très souvent considérée comme une maladie et non comme une étape naturelle de la vie. Elle doit donc être combattue. Par ailleurs l’esprit pionnier est toujours bien vivant chez les Américains avec une foi absolue dans la technique. La conquête de l’espace est en cours, ils doivent partir explorer un domaine encore vierge où Google envisage d’être le premier.

Une interrogation demeure : ce peuple fortement marqué par la religion et qui a pour devise In God we trust a-t-il l’intention de dépasser Dieu qui n’avait pas créé Adam immortel ?

Partager cet article
Repost0