Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Espérer le meilleur mais se préparer au pire

Publié le par Louis Lacaze

Espérer le meilleur mais se préparer au pire

James Frank et Doug White, professeurs de médecine tiennent à corriger une interprétation erronée du grand public des deux conceptions de la lutte contre le covid-19 : doit- on « aplatir » la courbe de progression de la maladie en cherchant à ralentir sa diffusion avec les moyens du bord ou au contraire la laisser librement progresser pour hâter sa disparition ?  Si la date de sa disparition n’est pas envisageable avant plusieurs mois, ralentir sa progression permet aux hôpitaux d’accueillir tous les malades sérieusement atteints et de compléter leur équipement en masques et respirateurs.

 

Le personnel soignant se trouvera confronté à des problèmes d’éthique en cas de forte affluence de patients. Comment concilier deux exigences : apporter la meilleure qualité de soin possible à chaque patient tout en cherchant à en sauver le plus grand nombre ? Le cas échéant en réservant les soins en priorité à certaines catégories de malades.

 

Tous les citoyens sont égaux en droit. Une conception égalitariste déboucherait sur la situation suivante : celui qui tire la plus longue paille a droit à un respirateur. Il y a contradiction avec l’éthique hospitalière : on doit apporter un maximum de bénéfice à un maximum de personnes.

 

Soigner en priorité les plus jeunes ? Il y aura discrimination envers les plus âgés. Par ailleurs l’espérance de vie d’un senior de 85 ans ne présentant aucune comorbidité est plus longue que celle d’un patient de 30 atteint d’un cancer avec métastases. Réserver la priorité aux personnes les plus utiles à la société ? Au médecin ou à la préparatrice qui cherche un vaccin ? Le sujet exige un débat avec la participation du personnel soignant qui risque d’être difficile. Jusqu’ici, il n’y a eu unanimité que sur la décision de retirer leur respirateur aux cas désespérés.

 

La situation dans les EHPAD est particulière face à une maladie qui commence par une gêne respiratoire et peut tuer le malade en quelques heures. Les directives anticipées n’ont pas prévu une évolution aussi foudroyante. Le personnel doit soulager l’anxiété des résidents en leur exposant les ressources proposées par les soins palliatifs.

 

Commentaires de Bernard Pradines. En France comme aux USA, gagner du temps est essentiel en termes de capacité d’accompagnement, qu’il soit curatif et même palliatif. Par contre, je ne suis pas d’accord avec le fait que les directives anticipées ne puissent pas prévoir une évolution foudroyante. Le problème dans ce domaine, en France, est le faible pourcentage de personnes qui ont rédigé des directives anticipées.

Le vrai défi des EHPAD est et sera d’abord l’urgence palliative pour des personnes le plus souvent très âgées et souffrant de comorbidités multiples.

Source :

Partager cet article
Repost0

Covid-19 – le quotidien

Publié le par Louis Lacaze

Yet you knew you must stay home! Man hatte dir schon empfohlen zuhause zu bleiben, Mensch!

Yet you knew you must stay home! Man hatte dir schon empfohlen zuhause zu bleiben, Mensch!

Le covid-19 n’est pas passé. Il ne passera pas…

 

Certaines précautions sont impératives :

  • respecter le confinement.
  • utiliser un mouchoir pour éternuer ou tousser.
  • nettoyer fréquemment toutes les surfaces lisses qu’il est courant de toucher : tables, interrupteurs, poignées de porte, robinets, poignées de meubles et de placards.  La durée de vie sur des surfaces lisses pourrait atteindre 72 heures.
  • se laver fréquemment les mains avec de l’eau et du savon pendant au moins vingt secondes surtout en sortant des toilettes, avant les repas, après avoir toussé ou éternué. En cas d’impossibilité utiliser un gel hydroalcoolique.

Il est passé…

 

Le porteur du virus doit rester chez lui et ne pas interrompre les mesures de protection précédentes.

  • réserver une chambre et des toilettes à son usage personnel chaque fois que le logement le permet.
  • maintenir le contact par téléphone ou internet avec la famille, les relations, les amis, les services sociaux si on vit seul, isolé.
  • veiller à entretenir le moral de la personne en l’invitant à faire part de ses préoccupations, de ses inquiétudes. Veiller à ce qu’elle ne consacre pas tout son temps à consulter internet, la presse pour suivre l’évolution de la pandémie mais lui suggérer des moments de détente. Quelques notes d’humour peuvent s’accepter.

Source

 

Publications du CDC des Etats-Unis  

 

 

Lavage des mains en vidéo :

Durée de vie du virus (texte) :

Différentes durées de vie du virus, publié par le NEJM : Aerosol and Surface Stability of SARS-CoV-2 as Compared with SARS-CoV-1

Partager cet article
Repost0