Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avancer avec lucidité et méthode vers une issue fatale programmée

Publié le par Louis Lacaze

Avancer avec lucidité et méthode vers une issue fatale programmée

Randy Curtis, professeur de médecine, spécialiste des soins palliatifs, atteint de la maladie de Charcot, n’a un sursis que de 4 à 5 ans. Il répond ici aux questions des docteurs Smith et Widera, animateurs du podcast Geripal.

Q - Le spécialiste en soins palliatifs que vous êtes s’est retrouvé patient. Ce passage vous a-t-il réservé des surprises ?

R – J’ai été agréablement surpris de voir que mon individualité en tant qu’être humain était totalement reconnue. C’est un sujet essentiel de mon enseignement depuis trente ans ce n’est donc pas pour moi une surprise, par contre il est surprenant de voir à quel point en tant que patient j’apprécie cette attitude.

Q - Entendre ce diagnostic vous a-t-il conduit à modifier vos priorités sur le plan professionnel ?

R – Au cours de ces dix dernières années j’aurais dû davantage me consacrer à l’essentiel et laisser de côté ce qui est secondaire. Maintenant je dois planifier ma vie comme si je n’avais qu’un ou deux ans devant moi. Je dois définir ce qui est le plus important et ne pas me laisser distraire par tout ce qui est marginal. Je passe plus de temps auprès de ma famille mais je veux continuer à exercer un métier qui me passionne, préparer au mieux mes étudiants, leur apporter ce qui leur permettra de réussir quand je ne serai plus là. Je dois les aider à découvrir leurs centres d’intérêt, leur donner l’envie et les capacités d’être à l’écoute des patients, des familles, des confrères. Je dois veiller à écouter ceux que je forme, les aider à découvrir leurs valeurs, leurs objectifs, à les exprimer. Continuer à les guider même si leur intérêts divergent des miens.

Mes étudiants devront retenir cinq commandements essentiels :

  1. Prendre en compte l’information apportée par les familles,
  2. Prendre en compte les émotions du patient,
  3. S’imprégner de l’importance de l’écoute,
  4. Poser au patient les questions qui lui permettront de comprendre qu’à vos yeux il existe en tant qu’individu,
  5. Amener le patient et la famille à vous poser des questions.

Q -Quel souvenir de votre personne aimeriez-vous laisser ?

R – Je pense que je suis un bon médecin, mes publications ont leur importance, mais à mes yeux l’essentiel de mon héritage est représenté par l’ensemble de ceux que j’ai formés et tout le travail qu’ils réalisent actuellement et réaliseront plus tard.

Source

Dr Randy Curtis, Geripal, animé par le Dr Alex Smith et le Dr Eric Widera Living with and studying serious illness: Podcast with Randy Curtis

Randy is in a unique position as someone who studies and cares for people living with serious illness, who now shares his reflections on being on the other side, to reflect on the process of living with serious illness.  His reflections are illuminating and inspiring.

Publié dans fin de vie, éthique

Partager cet article
Repost0

Grands-parents, soyez prudents dans vos câlins !

Publié le par Louis Lacaze

Image issue du site : https://www.ipnoze.com/grands-parents-gardent-petits-enfants-vivent-plus-longtemps/

Image issue du site : https://www.ipnoze.com/grands-parents-gardent-petits-enfants-vivent-plus-longtemps/

Si au début de l’épidémie certains ont pu croire que les très jeunes enfants étaient immunisés contre la covid-19, leur conviction n’a pas résisté au temps, à partir du moment où ils ont pu fréquenter les crèches et les écoles. Une étude récente publiée dans le JAMA [1] a montré qu’une fois contaminés ils ne présentaient pas en général de forme grave de la maladie mais jouaient un rôle non négligeable dans sa diffusion.

 L’étude a suivi 6280 familles où le premier membre contaminé avait moins de 18 ans pour ensuite rechercher les cas secondaires qui apparaissaient au cours des deux semaines suivantes. Les adolescents de 14 à 17 ans forment la majorité des contaminants (38%), les enfants de trois ans ou moins n’en représentent que 12% mais avec un risque de contamination 40% plus élevé que celui des adolescents.

 Si les très jeunes enfants n’ont pas la même vie sociale active de leurs aînés, ils ont des contacts beaucoup plus rapprochés avec leur entourage. En effet, ils touchent des quantités d’objets, les portent à la bouche. Ils peuvent déposer des sécrétions diverses sur les vêtements des parents qui vont les enlever d’une main qu’ils porteront ensuite à leur visage, ou avec un kleenex en oubliant de se laver les mains ensuite.

 Selon les chercheurs, écoles et crèches doivent faire l’objet d’une vigilance constante. Une étude californienne, reprise par le CDC [2],  a suivi la progression du variant Delta dans une classe où l’enseignante avait enlevé son masque malgré le port obligatoire pour faire de la lecture à haute voix. Le 25 mai 2021, elle a ressenti les premiers symptômes mais a continué à enseigner deux jours, jusqu’à son test positif le 27. Du 23 au 26 mai, 8 enfants sur 10 occupant les deux premiers rangs et 4 sur 8 des rangs plus éloignés ont été testés positifs avec au moins 8 cas de contamination parmi les familles et leurs proches. 

Les écoles restent néanmoins un lieu sécurisé dans la mesure où les mesures de protection sont rigoureusement respectées avec une bonne ventilation, le respect de la distanciation, du port du masque et une protection vigilante du personnel et des membres de la famille pour qui la vaccination doit être systématique. 

[1] Paul LA, Daneman N, Schwartz KL, et al. Association of Age and Pediatric Household Transmission of SARS-CoV-2 Infection. JAMA Pediatr. Published online August 16, 2021. doi:10.1001/jamapediatrics.2021.2770

[2] Lam-Hine T, McCurdy SA, Santora L, et al. Outbreak Associated with SARS-CoV-2 B.1.617.2 (Delta) Variant in an Elementary School — Marin County, California, May–June 2021. MMWR 27 August 2021. https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7035e2.htm?s_cid=mm7035e2_w

Autres sources :

Hall, C. B. ;  Douglas, R. G. Jr Abstract : Modes of transmission of respiratory syncytial virus

Susan E. Coffin, MD, David Rubin, MD, MSCE Yes, Children Can Transmit COVID, but We Need Not Fear

 

Publié dans Covid-19, prévention

Partager cet article
Repost0