Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qu’est-ce que la mort ?

Publié le par Louis Lacaze

Le Dr BJ Miller lors d’une conférence. Source : https://www.ted.com/talks/bj_miller_what_really_matters_at_the_end_of_life

Le Dr BJ Miller lors d’une conférence. Source : https://www.ted.com/talks/bj_miller_what_really_matters_at_the_end_of_life

L’épidémie de covid-19 a montré qu’accepter la mort des autres ne soulevait pas forcément d’interrogations autres que de s’en préserver soi-même. Par contre, chercher à définir ce que pourrait être la nôtre n’est pas évident. Un fait, un événement, un mot ? Devant un évènement qui nous menace, nous avons conservé les réflexes du genre animal auquel nous appartenons : nous battre, fuir, ne pas bouger.

Définir la mort en écartant toute empreinte de notre culture aboutit à un ensemble de considérations négatives : plus de pouls, plus de respiration, un cerveau qui ne fonctionne plus. Mais ce n’est pas la fin du corps : il continue de se transformer au niveau moléculaire, il deviendra de l’herbe, un arbre, des molécules dans l’air. Les gènes auront déjà été transmis aux générations suivantes. La décomposition est devenue création.

Chacun de nous peut avoir sa propre définition de la mort. Se retrouver seul, dernier membre d’une famille, être dément, incontinent, ne plus pouvoir lire, quand la médecine curative ne peut plus rien pour vous. Aux yeux du Dr BJ Miller, la mort est une force qui vous permet de découvrir ce que vous aimez et de vivre pleinement votre passage sur terre. Elle vous montre que tout en étant limité, vous faites partie d’un vaste ensemble dont vous ne serez pas totalement effacé.

Commentaires de Bernard Pradines. Très vaste préoccupation ancienne de l’humanité toute entière, voire du reste du monde vivant dont nous soupçonnons les craintes sans bien les connaitre. Un thème rarement évoqué en bonne société tant il convoque et conjugue deux appels au silence : l’évidence et la peur.

Qu’en savent les médecins ? Pas davantage que le commun des mortels, c’est le cas de le dire. Tout au plus sont-ils des témoins privilégiés de la fin de la vie. Le sujet est abordé essentiellement par le biais des religions et des philosophies. Intéressant de lire le texte ci-dessus avec ses références et non sous l’angle médical qui ne fournirait en tout cas aucun outil pour l’envisager.

La définition de la mort par le négatif de la vie est en soi une représentation parmi d’autres. Je ne suis pas sûr que celle-ci ne soit pas « empreinte de notre culture ». Comme celle qui oppose la vie à la mort. Ou encore celle du froid et de la nuit chers à Baudelaire mais pas davantage vérifiée que les flammes de l’enfer. Ou encore celle qui la nie à travers une nouvelle vie abstraite ou réincarnée. La phrase évoquant nos molécules résiduelles renvoie à une conception philosophique matérialiste qui perçoit l’âme comme constituée de matière indissociable du corps, un monisme qui s’oppose au dualisme classique âme-corps de nos traditions religieuses occidentales. N’évoquant pas la vie comme un ensemble de relations précises entre les constituants de la matière, l’auteur présente ici la version optimiste de cette philosophie, celle de la permanence et de la pérennité des composants atomiques de notre âme-corps : rien ne se perd, tout se transforme[1]. Mieux, les progrès de la génétique apportent de l’eau au moulin du désir de perpétuation de soi au point que la transmission de la vie et même la décomposition deviennent créations. Une espérance ancienne mais oubliée, digne de la quête immémoriale de survie de l’humanité.

Au fond, en lisant cet auteur, je pense à nos préoccupations nouvelles pour la nature et la planète ainsi qu’à la conscience croissante que notre sort est lié à elles. Alors perle le concept de transition, de passage sur terre qui positive le sens de notre vie. Une spiritualité non religieuse qui partage avec les religions à la fois l’âme et l’espoir. Ainsi, en ce domaine, tout devient contingent. Des bénévoles en soins de longue durée m’ont fait jadis un joli cadeau dont je suis fier au point de vous en faire connaitre  une copie privée ci-dessous : un tableau qui conjugue des cultures africaines et européennes. Quand il me fut remis, je fus qualifié de « passeur » ; un rôle dans un « passage » que je n’avais jamais perçu comme tel. Une représentation qui évoque celui qui accompagne le patient sur l’autre rive, une sorte d’expéditeur en somme.


[1] « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau » https://tinyurl.com/5cdbs8ps

Copie privée. Tous droits réservés. B. Pradines

Copie privée. Tous droits réservés. B. Pradines

Sources :

Partager cet article
Repost0

Proscrire le mot « démédicalisation » pour les EHPAD

Publié le par Bernard Pradines

Image issue de https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/demedicalisation

Image issue de https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/demedicalisation

Ici ou là, hier ou demain, vous entendrez encore prôner la démédicalisation des EHPAD [1],[2],[3],[4] .

En 2018 déjà, j’attirais l’attention de mes lecteurs d’AgeVillagePro sur les risques de cette idéologie[5].

Depuis lors, la situation sanitaire de notre pays a évolué et laisse apercevoir une perspective encore plus préoccupante.

Le terme négatif de « démédicalisation » est d’autant plus surprenant que la situation sanitaire dans nos établissements médico-sociaux est inquiétante, en grande partie par manque de médecins coordonnateurs et même de médecins traitants. Tel directeur d’EHPAD se démène vainement pour recruter un médecin coordonnateur, tel autre s’émeut de résidents sans médecin. Dans une ville encore classée à moindre risque dans le zonage médical, il ne fait pas bon être un nouvel arrivant, quel que soit votre âge. Avec un peu de chance, vous serez recommandé ou même parrainé pour accéder au précieux praticien. Si vous l’obtenez, encore faudra-t-il que les délais des consultations soient raisonnables sans parler du temps passé en salle d’attente. La durée de la consultation elle-même sera souvent en principe limitée à quinze minutes et à une seule plainte. Dorénavant, on s’interroge sur la possibilité des pharmaciens de renouveler par dérogation des ordonnances de personnes âgées. La permanence des soins, joli nom donné à l’éventualité de visite urgente d’un médecin auprès des personnes âgées vulnérables, est souvent un lointain souvenir, surtout la nuit et le week-end. L’absence d’infirmière sur place pendant la nuit ou même en astreinte téléphonique n’a pas été corrigée de manière significative depuis qu’elle était évaluée à trois EHPAD sur quatre. Les services d’urgence, dont le fameux « 15 » sont sollicités en lieu et place des médecins généralistes. Des mesures substitutives, alternatives, adaptées à des situations précises, sont en voie de généralisation, telles que la télémédecine avec des cabines qui posent des questions déontologiques au vu des commentaires récents de la Commission Européenne et du conseil national de l’ordre des médecins.

L’avenir n’est pas davantage réjouissant : l’analyse de la pyramide des âges, plus particulièrement celle des médecins généralistes, montre que la situation actuelle ne peut que s’aggraver dans les cinq prochaines années.

Il est temps que les citoyens s’emparent de leur politique de santé et ne la laissent plus exclusivement à la représentation élue et à l’exécutif. Par exemple, la salarisation des médecins coordonnateurs et leur possibilité de prescrire, des centres de santé incluant un gériatre sont à promouvoir en urgence.

Publié dans démographie, médecin

Partager cet article
Repost0