Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L’EHPAD de demain

Publié le par Balbina Huertas

L’EHPAD de demain

L’EHPAD de demain, c’est une maison ancrée dans un quartier, un lotissement, un village. Elle est ouverte sur la vie locale. 

Douze résidents, voici le maximum pour un accompagnement de qualité. Le projet est fondé sur l’accueil individualisé.

L’architecture devra s’intégrer dans son contexte. Maison de plain-pied, elle sera pourvue d’aménagements adaptés pour davantage de confort en lien avec la vieillesse : bonne luminosité dans toutes les pièces et puits de lumière central pour un éclairage naturel, robinets-poussoirs qui s’interrompent seuls pour économiser l’énergie et faciliter leur utilisation, appareil de chauffage rapide dans les salles d’eau pour éviter tout refroidissement lors de la toilette, hauteur de plafond classique comme dans une maison individuelle pour se prémunir des nuisances sonores, disposition éventuelle d’un lit à deux places, terrasse et préau couverts pour permettre de prendre l’air même par mauvais temps.

Une cour individuelle est prévue pour chaque résident afin que ses animaux domestiques puissent l’accompagner. Canaris, chats, chiens, poules. Tout un quotidien est imaginé dans une continuité au plus près des habitudes de chacun. Un poste de salarié est créé pour s’occuper des animaux, par exemple en complément d’une retraite.

Une pièce est commune pour les repas mais il existe aussi une cuisine individuelle pour celle ou celui qui fera le choix de ne pas partager tous les repas collectivement. Le personnel de cuisine est sensible aux produits frais et de saison ainsi qu’aux diverses textures qui stimulent le sensoriel dans la bouche. La confection des repas demeure en lien avec les besoins et habitudes des résidents. Fini le bouillon quotidien et le « mou » pour tous !

 Chacun à sa mission : le personnel de service à l’entretien, les aides-soignantes à l’accompagnement, les infirmiers aux soins, le personnel dédié aux animaux et une responsable à temps plein pour plusieurs micro-EHPAD. Une directrice avec des compétences en gérontologie est souhaitable, présente sur le terrain afin de connaître au mieux les résidents, accompagner et soutenir les équipes ; une complémentarité de compétences et d’expériences !

La nuit, un logement gratuit sur place est proposé permettant un service de surveillance. Ceci requiert-il un diplôme ? Une reconnaissance de la personne à ce poste devrait suffire pour qu’elle ait envie de s’investir dans sa mission.

Associer les habitants du lotissement, du quartier, du village est un des objectifs du projet social de l’établissement. Les bailleurs sociaux permettent que le logement soit loué ou mis à disposition rapidement et que l’on évite ainsi les frais d’investissement importants. Ils devront jouer leur rôle en donnant la possibilité dans chaque lotissement social de créer un micro-EHPAD. Ouvert à son environnement proche, celui-ci est le cœur du projet d’accompagnement : un voisin fait une balade, une course ? Il peut prendre en charge un résident désireux de se joindre à lui. Nul besoin d’être diplômé pour se promener avec une personne “vieillissante”.

Le recrutement du personnel à mi-temps aura lieu dans la proximité géographique pour éviter l’épuisement et les possibilités de remplacement en cas d’absence. Plusieurs micro-EHPAD seront gérés par une même direction afin de répartir les coûts.

Bref, il s’agit d’une vie dans une continuité d’un quotidien indispensable au bien-être de tous. Avec ouverture à autrui, à son environnement proche dans un lieu qui demeure pleinement dans la société humaine.
 

Partager cet article
Repost0

Bientôt un an de Covid-19, pas une ride

Publié le par Louis Lacaze

Bientôt un an de Covid-19, pas une ride

Une équipe de chercheurs taïwanais a cherché à analyser les caractéristiques de la transmission du virus covid-19 en suivant les contacts de cent patients infectés par le virus. Ces contacts ont été isolés pendant les deux semaines qui ont suivi leur contact avec la personne contaminée.

Le risque d’infection le plus élevé se situe dans les quatre à cinq premiers jours qui suivent leur rencontre avec la personne contaminée dont la charge virale est identique s’ils présentent des signes de la maladie importants, légers, ou inexistants. Cette charge virale va progressivement diminuer pour atteindre un bas niveau au bout de dix jours après le début des éventuels signes cliniques. Lorsque les signes cliniques évidents (fièvre, dyspnée, atteinte des poumons) apparaissent, soit de cinq à sept jours après les premiers symptômes, le malade a pu contaminer un certain nombre de personnes.

Lorsque la charge virale a suffisamment baissé, la présence des personnes atteintes ne se justifie plus dans les hôpitaux où ils doivent laisser la place aux malades plus atteints. Leur confinement peut se programmer à leur domicile. La protection de l’ensemble de la population suppose la restriction des déplacements, des mesures de confinement, le traçage des personnes contaminées et de leurs rencontres, le respect des distances de sécurité et le port du masque généralisé pour les professionnels de la santé aussi bien que pour l’ensemble du public.

Commentaires de Bernard Pradines

Cet article proposé par Louis Lacaze est instructif car il démontre que nous savions déjà beaucoup de choses essentielles lorsque ses sources furent publiées au début de mai 2020. Manière de souligner que le doute qui s’est installé sur les diagnostics et les traitements préventifs ou curatifs était déjà accompagné d’affirmations qui ne se sont pas fondamentalement démenties depuis le début de la pandémie et de l’analyse qui en a été faite par les scientifiques reconnus.

Sources

Hao-Yuan Cheng, MD, MSc1; Shu-Wan Jian, DVM, MPH1; Ding-Ping Liu, PhD1; et al Contact Tracing Assessment of COVID-19 Transmission Dynamics in Taiwan and Risk at Different Exposure Periods Before and After Symptom Onset

The coronavirus disease 2019 (COVID-19) outbreak that originated in Wuhan, China, spread to more than 100 countries within 2 months… The unknown epidemiologic characteristics and transmission dynamics of a novel pathogen, such as SARS-CoV-2, complicate the development and evaluation of effective control policies

Robert Steinbrook, MD1 JAMA Intern Med. Contact Tracing, Testing, and Control of COVID-19—Learning From Taiwan

Taiwan is a country of about 24 million people, 81 miles off the coast of mainland China. As of late April 2020, Taiwan had about 330 confirmed cases of coronavirus disease 2019 (COVID-19) and 6 deaths. By comparison, the US had about 1 million confirmed cases of COVID-19, and 60 000 deaths

 

Publié dans Covid-19

Partager cet article
Repost0